Sauver la planète en vivant autrement : c’est le message porté par les cyclistes de la seconde édition du Tour Alternatiba, partis de Paris ce samedi 9 juin, pour 5 800 kilomètres de périple jusqu’à Bayonne.​ Un coup d’envoi déterminé pour l’une des plus ambitieuses mobilisations sur le climat depuis la COP21, auquel se sont jointes plus d’un millier de personnes et près de 100 associations, ainsi que de nombreuses personnalités et artistes.

 

Les vélos multiplaces, symboles de la transition écologique et sociale, s’apprêtent à donner le premier coup de pédale d’un périple de 4 mois au travers de 200 territoires dans l’Hexagone et dans les pays frontaliers. Photo : Youri Krassoulia pour Radio Parleur.


Coup d’envoi d’un périple de 5 800 kilomètres à vélo !
Ce samedi 9 juin, le Tour Alternatiba s’est lancé après une marche partie de la place de la République jusqu’à celle de Stalingrad, à Paris. Une marche à laquelle se sont jointes près d’un milliers de personnes, et rythmée par une ambiance festive avec de nombreuses animations, des chars, le chanteur Patrice et les vélos du Tour Alternatiba. A l’arrivée sur la place de Stalingrad, des prises de paroles et un concert ont ponctué l’après-midi, faisant monter peu à peu la pression jusqu’au fameux départ du Tour. Notre reporter a pu participer à ce départ et grimper en selle de la place de Stalingrad jusqu’à celle de la Nation sur une quadruplette. Après cet effort intense, c’est bien l’énergie des participant.es à ce tour qui doit être relevée. Une réelle volonté de combattre le système par la non violence et l’action de masse a été répété par plusieurs participants et organisateurs.

Juché.es sur les vélos de trois à quatre places, les activistes du Tour Alternatiba 2018, feront plus de 200 étapes pour mettre en lumière les nombreuses alternatives qui existent déjà pour lutter contre le changement climatique : énergies renouvelables, monnaies locales, habitats écologiques, agriculture biologique. A chaque étape, une conférence, des formations à l’action non violente et la volonté de tisser des liens avec la population afin de sensibiliser à cette « nécessité de changer le système ». En 2015, ces associations avaient déjà organisé leur premier « Tour Alternatiba » à l’occasion de la COP 21.

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here