Mercredi 4 avril dès 19h, Radio Parleur était en direct depuis la Bourse du Travail à Paris. Vous avez pu suivre en intégralité la soirée « Et si on essayait quelque chose ? » organisée par le journal Fakir.  Une semaine après, alors qu’une date de rassemblement générale, le 5 mai, est sortie de cette soirée de mobilisation, Radio Parleur vous propose de replonger dans cet événement avec le discours de l’économiste et philosophe Frédéric Lordon.

Le constat est général, les luttes se multiplient. Elles sont dans les facultés, comme à Toulouse, Saint-Denis,Montpellier ou encore Paris, dans la rue, dans la vallée de la Roya, à Grande-Synthe et bien sur, plus que jamais, à la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes depuis le début de la semaine.

La semaine dernière, justement , « Et si on essayait quelque chose ? »  était une soirée exceptionnelle que vous pouvez retrouver en intégralité sur Radio Parleur. 

 Un rassemblement en présence de l’intellectuel Frédéric Lordon, du député et fondateur de Fakir François Ruffin, de représentant·e·s des cheminot·e·s, des hôpitaux, des étudiant·e·s, des gazier·e·s, des électricien.ne.s etc. Une soirée de mobilisation pour trouver un point de convergence, une date de rassemblement, les moyens de cuisiner un « pot au feu » des luttes pour reprendre l’expression de François Ruffin. 

Un 5 mai pour les rassembler tous.

Cette date, c’est le 5 mai 2018. Reste à voir si elle va réussir à fédérer toutes les forces alors que déjà Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT annonce que sont syndicat ne sera pas de la partie, préférant le très traditionnel défilé du 1er Mai. Réussite ou pas, cette soirée aura été le lieu de discours fort sur la nécessité d’une convergence des luttes sociales et ce discours de Frédéric Lordon, en théorisant le concept de « Classe Obscène », offre des outils de réflexions qui pourraient bien se révéler utiles dans les semaines à venir.

Photographie : Marc Estiot

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here