L’Hebdo Parleur, c’est 15 minutes pour vous mettre à jour sur l’actualité des luttes sociales. 15 minutes pour faire le tour d’un sujet avec les reporters de Radio Parleur, directement dans vos oreilles !

Cette semaine dans l’Hebdo Parleur : vivement la trêve hivernale

La rédaction de Radio Parleur habite le 18e arrondissement de Paris. En bas de l’immeuble, il y a une marée de tentes avec des gens qui dorment dehors. Des exilé・es, dans des situation administratives très diverses, mais qui ont pour point commun de ne pas avoir de prise en charge. Ailleurs en France, des campements existent et sont régulièrement expulsés. On dit bien expulsés, pas évacués, car les personnes ne sont, la plupart du temps, pas mises à l’abri. À Bordeaux par exemple, si les familles jetées à la rue en pleine canicule ont pu être hébergées, c’est grâce à la bonne volonté de militant・es.

Tout l’été, la rédaction a multiplié les sujets sur les expulsions. À Paris, à Bordeaux, à Strasbourg, à Caen, à Saint-Denis… et ce n’est pas fini. L’été est une saison chargée en expulsions. Les militant·es et soutiens des personnes à la rue sont en vacances, et surtout, il n’y a pas de « trêve canicule » comme il y a une « trêve hivernale ». Jusqu’à l’hiver, les préfectures peuvent donc expulser. Sans solution pérenne, puisque les rares personnes hébergées ne le sont que quelques jours à peine avant d’être de nouveau jetées à la rue.

Le squat représente une solution temporaire, sans laquelle beaucoup de familles, d’exilé・e・s, de précaires se retrouveraient sous les ponts. Ce sont aussi des lieux de vie, comme le squat du Marais à Caen. Une université populaire s’y est tenue avant l’ultime requiem. Lundi 9 septembre, l’expulsion n’était pas encore d’actualité, mais le squat s’était déjà vidé, de crainte de voir la police débarquer au petit matin avec matraques et gazeuses.

Tous les sujets en intégralité

Pour écouter les épisodes précédents de l’Hebdo Parleur, notre playlist :

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here