24 heures dans la vie d’une femme. C’est ce que propose la série H24, sur Arte, inspirée de faits réels. 24 épisodes, et autant de tranches de vie violentes et sans pitié : colère et révolte font de cette série un objet féministe puissant.

Cette série rassemble 24 faits réels, racontés par 24 autrices européennes et joués par 24 actrices. Cette diversité permet de saisir le déroulé d’une journée dans la peau d’une femme, confrontée à de nombreuses violences systémiques, sans toujours les dépeindre frontalement. En plusieurs langues, avec des visages différents, ces moments de vie font entrevoir l’horreur du quotidien. Les réalisatrices Valérie Urrea et Nathalie Masduraud signent ainsi une série éclairante et indéniablement féministe.

Dans H24 le patriarcat est partout

Le patriarcat est partout, à toute heure de la journée. Pourtant, à chaque fois, il change de forme. À sept heures du matin, celle du harcèlement dans les transports, personnifié dans l’épisode Signes, incarné par Diane Kruger et accompagné des mots d’Angela Luhner. À midi, Le Cri défendu montre comment retourner la violence d’un mari violent contre lui, avec Déborah Lukumuena qui raconte sa colère. L’épisode de 17h, PLS, écrit par Myriam Leroy, met en scène Noémie Merlant, victime de cyberharcèlement. Dans l’épisode de 20h, Ligne de touche, écrit par Anne Pauly, Garance Marillier, à la tête d’une équipe de foot féminine fait face à la lesbophobie d’un entraîneur sur le terrain.

La colère vécue par ces femmes se transmet aux spectateur·ices. Pourtant, à force de regarder les épisodes s’enchaîner, pointe un certain découragement face à la capacité du patriarcat à se jouer de nous, partout et tout le temps. En famille, dans la rue, avec des ami‧es ou des inconnu‧es, chez soi, en voyage …


Sur le même sujet : Genre Aux Poings, radiographie féministe en 10 entretiens


Après la rage, l’espoir et la sororité

Emprise, revenge porn, féminicide, codes vestimentaires sexistes : les différentes formes d’abus sont racontées avec brio. Chaque heure du jour et de la nuit donne à voir un fait réel, raconté par un monologue. Ces 24 moments pourtant très individuels réussissent à dépeindre les violences sexistes et sexuelles, et tout ce qu’elles représentent de révoltant. On y voit les cris de rage et de colère de celles qui se révoltent, et refusent de vivre ainsi. Une sororité se construit patiemment, dans cette tragédie de violences, pour dresser un tableau féministe de la lutte à mener.

H24, série ARTE, réalisée par Valérie Urrea et Nathalie Masduraud, disponible jusqu’en octobre 2026. Photo de Une : Illustration du documentaire, Arte

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here