L’Hebdo Parleur, c’est en quelques minutes votre mise à jour sur l’actualité des luttes sociales. Votre podcast pour faire le tour des sujets forts de la semaine avec les reporters de Radio Parleur, directement dans vos oreilles !

Ils et elles occupent avec leurs cœurs, la capitale du bonheur…. Des militants et militantes d’Extinction Rebellion, mouvement écologiste à la radicalité revendiquée, a occupé de lundi à vendredi la place du Châtelet à Paris. C’était la « dernière occupation avant la fin du monde ». Ambiance lapin blanc, pas le temps pas le temps !

De fait c’était une semaine complète de mobilisation. Du samedi au samedi comme dans les meilleurs VVF Vacances. Samedi 5 octobre, l’occupation a commencé à l’autre bout de Paris, au centre commercial Italie 2. Assa Traoré est venue, des Gilets Jaunes aussi. Ça sentait un peu Hong Kong et des barricades bien montées, des parapluies anti-lacrymo et des slogans bien anticapitalistes comme il faut.


A écouter sur Radio Parleur : Au centre commercial Italie 2, ne pas consommer, occuper !


Lundi, sur le pavé abandonné… bottes de pailles et crudités… XR et ses gilets oranges floqués de slogans non-violents installent des toilettes sèches, des lieux d’Assemblée Générale, de discussion, d’atelier. En vérité l’occupation dure les cinq jours ouvrés, en face du théâtre du Châtelet.

En même temps si même les Versaillais viennent voir les militant·es écolos, l’objectif de visibilité est atteint. Au moins pour une partie des participant·es. Les Gilets Jaunes venus monter une cabane mercredi 9 octobre émettent un avis différent. Vendredi matin, l’AG Extinction Rebellion décide de lever le camp, littéralement. Les Gilets Jaunes, le bec dans l’eau, ont démonté aussi, pour ne pas rester seul·es face aux CRS. Les derniers militant·es XR balaient les fétus de paille, et montent sur leurs vélos pour aller faire cavaler les CRS place de l’Étoile. Samedi est un autre jour, un nouveau jour d’occupation.

Tous les sujets en intégralité :

Pour écouter les épisodes précédents de l’Hebdo Parleur, notre playlist :

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here