« On se lève et on se casse. » Pour sa saison 2, Genre aux poings se consacre aux féminismes de 2021 et à leur bouillonnement. Quelles stratégies coexistent contre la domination patriarcale ? Quelle force et quels moyens sont mobilisés pour se battre ? Cette semaine, on réfléchit avec Noémie de Lattre à la meilleure manière de se rire du patriarcat, car le patriarcat, lui, ne se gêne pas pour se rire de nous…

De réflexions théoriques en récits d’activistes, Genre aux poings vous propose un tour d’horizon en dix épisodes des stratégies de lutte contre la domination patriarcale. Au micro de Radio Parleur, nos invitées tissent chacune un pan de ce combat pluriel, en une grosse trentaine de minutes. Leur point commun à toutes ? Elles ont depuis longtemps passé les étapes de la prise de conscience et celle de la libération de la parole. Elles s’opposent maintenant aux inégalités de genre, radicalement, chacune sur son terrain.

Épisode 7 : Se rire du patriarcat, avec Noémie de Lattre

Dans l’humour, les clichés et stéréotypes sont une matière première indispensable. Pourtant, en rire, ce n’est pas toujours les déconstruire. Noémie de Lattre est actrice, comédienne, humoriste, metteuse en scène et instagrammeuse… Son spectacle Féministe pour homme a tourné avec succès dans toute la France jusqu’au premier confinement.

Un humour absurde et un parcours fulgurant

Avec sa comparse des débuts Delphine Lacouque, Noémie de Lattre écrit et met en scène. Elle n’a pas encore 17 ans. Sur les scènes ouvertes, elle joue sketches et pièces courtes. Jusqu’à une fête de la jeunesse organisée par la mairie de Paris quelques années plus tard, où elles sont repérées. À l’époque, elle n’a pas la moindre idée qu’être une fille qui fait de l’humour suscite des attentes bien particulières.


Réécoutez l’épisode 6 : Féministe sur les réseaux, avec Léane Alestra


« C’est le succès qui nous a rappelé à notre genre« , explique-t-elle. Noémie de Lattre et Delphine Lacouque font trois pilotes pour Canal+, qui voulait « qu’on parle de mecs et de fringues… mais c’était pas notre flow. Nous, on aimait Desproges et les Deschiens. »

Des mésaventures avec des humoristes de renom, Noémie de Lattre en garde quelques mauvais souvenirs. « Avec certaines équipes de production, je me suis retrouvée dans des situations où, malgré le fait que je sois une actrice confirmée, je devais constamment rappeler que j’écrivais aussi, que j’étais aussi metteuse en scène… Je n’étais vue que comme une actrice. » 

L’humour, une arme politique ?

Le coming-out féministe de Noémie de Lattre est aussi tardif que fracassant. L’artiste produit aujourd’hui des contenus d’humour féministe, sur son compte Instagram comme dans ses spectacles.

« La plupart des gens qui font de l’humour aujourd’hui, font soit de la politique soit de la philosophie. Moi, je me définis comme une philosophesse. » Son écriture est d’ailleurs travaillée par des lectures de philosophes. Nietzsche est l’un de ses compagnons de pensée. « La généalogie des mots, ça fait rire les gens parce qu’on est dans un monde qui n’est pas habitué à se questionner sur ce que l’on dit. C’est ça qui crée l’effet comique. Mais quand on y pense, le sexisme, le féminisme… ce n’est pas drôle en soi.« 

La playlist de la saison 2 : Un entretien réalisé par Violette Voldoire. Produit par : Romane Salahun, Sophie Peroy-Gay, Violette Voldoire. Photo de Une : Lady de Nantes. Mixage et générique : Étienne Gratianette et Romane Salahun.

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here