« On se lève et on se casse. » Pour sa saison 2, Genre aux poings se consacre aux féminismes de 2021 et à leur bouillonnement. Quelles stratégies coexistent contre la domination patriarcale ? Quelle force et quels moyens sont mobilisés pour se battre ? Cette semaine, Léane Alestra, l’instagrameuse derrière le compte « Mécréantes », nous explique comme les réseaux sociaux occupent une place méprisée par les médias traditionnels. Un terrain d’expression, de témoignage et de lutte parfois difficile.

De réflexions théoriques en récits d’activistes, Genre aux poings vous propose un tour d’horizon en dix épisodes des stratégies de lutte contre la domination patriarcale. Au micro de Radio Parleur, nos invitées tissent chacune un pan de ce combat pluriel, en une grosse trentaine de minutes. Leur point commun à toutes ? Elles ont depuis longtemps passé les étapes de la prise de conscience et celle de la libération de la parole. Elles s’opposent maintenant aux inégalités de genre, radicalement, chacune sur son terrain.

Épisode 6 : Féministe sur les réseaux, avec Léane Alestra

Les mouvements féministes se construisent aussi sur les réseaux sociaux. Les hashtags fleurissent pour dénoncer des comportements dangereux ou illégaux, témoigner des oppressions subies, et nommer celleux qui les perpétuent. Terrain de partage de savoirs militants et de tactiques féministes, les réseaux sociaux sont le coeur du travail de Léane Alestra, à l’origine du compte Instagram Mécréantes et du podcast du même nom, créé en mars 2020.

Après plusieurs années à déconstruire en ligne les stéréotypes de genre, nous nous interrogeons avec elle sur l’évolution de ces pratiques militantes en ligne. Quels risques prend-on en tant que féministe dans l’espace public numérique ? Quels rôles jouent les plateformes dans la visibilité des contenus féministes ?

Qui censure qui ? 

Lorsque des personnalités sont pointées du doigt sur les réseaux, pour des viols, des agressions sexuelles, des propos sexistes ou racistes, certains discours hurlent à la « cancel culture ». Et regrettent que ces plateformes s’érigent en « tribunaux médiatiques ». Pour Léane Alestra, cette idée que « la justice se fait en ligne » est un peu ridicule. En revanche, lorsqu’elle ne se fait pas du tout, c’est sur les réseaux que les paroles des victimes s’expriment. 


Réécoutez l’épisode 5 : Qui dit oui, consent, avec Catherine Le Magueresse


La suppression de posts et la censure concernent de plus en plus aux comptes féministes. Le 21 janvier dernier, la plateforme supprime des contenus de plusieurs comptes… car ils ont relayé cette question : « comment fait-on pour que les hommes arrêtent de violer ? »  En attaquant en référé Facebook le 9 mars dernier, Léane Alestra et 13 instagrameur‧euses, veulent mettre la plateforme face à sa responsabilité d’éditeur, et de censeur. Le géant du web devra sortir de son silence quant à ses règles de modération en audience le 12 mai.

La playlist de la saison 2 :

Un entretien réalisé par Romane Salahun. Produit par : Romane Salahun, Sophie Peroy-Gay, Violette Voldoire. Photo de Une : Léane Alestra. Mixage et générique : Étienne Gratianette et Romane Salahun.

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here