Le 15 décembre 2017, à Fives, un quartier populaire de Lille, Sélom, 20 ans et Matisse, 18 ans meurent percutés par un train. L’enquête, rapidement menée, conclut à un banal accident. Mais très vite, des doutes émergent. Dans ce deuxième épisode, la présence d’un équipage de la BST sur les lieux sème le trouble. Un combat pour la vérité s’engage. Trois ans plus tard, les circonstances du drame, et notamment l’implication de la police, ne sont toujours pas élucidés.

Pourquoi les quatre jeunes ont-ils voulu franchir la voie de chemin de fer, qui plus est à cet endroit dangereux ? La première version officiellement présentée par le parquet quelques jours après le drame est la suivante : ils auraient escaladé le mur pour prendre un raccourci afin de se rendre à une soirée à Fives, un quartier situé de l’autre côté des voies. Cette version s’appuie sur un témoignage obtenu par les enquêteurs auprès d’Achraf, l’un des survivants, le lendemain de l’accident pendant son hospitalisation.

Sélom et Matisse : Pour des jeunes courent ?
Dans le quartier de Fives, à quelques mètres du lieu de l’accident, des graffitis comme des affiches rappelant la mort de Sélom et Matisse recouvrent régulièrement les murs. Crédit : Yann Levy pour Bastamag.

Mais le 19 décembre 2017, quatre jours après le drame, coup de tonnerre. Aurélien, l’autre survivant, moins blessé, remet en cause la version officielle, devant les caméras de France 3. En fauteuil roulant, au pied du mur menant aux rails, il explique qu’avec ses trois amis, ils fumaient un joint lorsqu’ils se sont fait prendre en chasse par la police. « Personne n’est venu confirmer l’existence d’un tel contrôle, sous quelque forme que ce soit, auprès de la police, du parquet ou d’une quelconque autorité », dément aussitôt le procureur Thierry Pocquet du Haut-Jussé. Selon lui, la police n’était pas sur place. Quelques jours plus tard, le parquet revient pourtant sur ses affirmations et confirme la présence d’une patrouille dans la Cité Saint Maurice.


On a besoin de vous :  jusqu’au 2 décembre, Radio Parleur est en campagne de don. Objectif : 20 000 euros pour continuer à vous proposer des podcasts libres et indépendants ! 


Les interrogations sur l’action de la police grandissent peu à peu

Le doute s’installe, les parents de Sélom et Matisse décident de prendre un avocat. Maître Berton les accompagne porter plainte pour « homicide involontaire, mise en péril de la vie d’autrui et non assistance à personne en danger ». Les deux mères, Valérie et Peggy, se constituent parties civiles. Elles veulent connaître la vérité sur la mort de leurs fils. Et surtout obtenir justice s’il existe des responsables. « Cette affaire est trouble », confirmera l’avocat auprès de Valérie.

Une instruction finit par être ouverte pour déterminer les causes de la mort de Sélom et Matisse. Depuis trois ans – et deux juges plus tard – l’instruction stagne et les familles se battent quotidiennement contre l’oubli. De nombreux éléments sont en effet « troublants », pour reprendre les mots de Maître Berton. Que s’est il réellement passé durant les instants précédant cet accident mortel ?

Retrouvez tous les épisodes de cette série ici :

Une enquête menée par Yann Levy (Bastamag) et Tristan Goldbronn (Radio Parleur). Sélom et Matisse : pourquoi des jeunes courent ? est réalisée par Etienne Gratiannette (Radio Parleur). Photo de Une : Yann Levy pour Bastamag.

  1. 38
  2. 240
  3. 6

La production de ce sujet a nécessité :

Heures de travail
€ de frais engagés
membres de la Team
Parleur sur le pont

L’info indépendante a un coût, soutenez-nous

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here