Cette semaine, dans votre podcast « Pensez les Luttes », on vous propose le témoignage exceptionnel de Gwenola Ricordeau. Cette professeure et chercheuse en justice criminelle a passé plusieurs jours à Portland, aux États-Unis. La plus grande ville de l’Oregon est le lieu de manifestations depuis plus 60 jours. Un mouvement lancé par la mort de George Floyd et ravivé par le déploiement d’agents fédéraux sur ordre du président Donald Trump. Une intervention qui a apporté « la violence et le conflit ». 

Notre invitée :

Gwenola Ricordeau, professeure et chercheuse en justice criminelle à l’université de Californie, à Chico et militante pour l’abolition de la prison (voir notre entretien sur ce sujet). Depuis plusieurs jours, elle raconte sur Twitter son expérience des manifestations à Portland.


Les agents fédéraux ont apporté « la violence et le conflit ». Les mots sont de Kate Brown, la gouverneure démocrate de l’État de l’Oregon. À Portland, les manifestations entrent dans leur troisième mois. Cette ville à la réputation progressiste est devenue l’épicentre de la colère depuis le début des George Floyd Protests en mai dernier.

Les rassemblement se tiennent principalement devant les bâtiments fédéraux, avec des affrontements réguliers avec les autorités. Récemment, ce n’est plus uniquement la police locale qui fait face aux manifestants mais également des agents fédéraux déployés par Washington. Leur présence, très contestée, fait polémique à travers le pays et les agences fédérales viennent d’annoncer un possible retrait sous conditions, en accord avec la gouverneure de l’Oregon, Kate Brown. 

Sur le même thème : notre émission à Minneapolis, la mort de George Floyd, symbole de la ségrégation 

À Portland, les manifestant⋅es se retrouvent chaque soir autour du tribunal fédéral. De nombreux éléments ont marqué les esprits, à l’instar du « wall of moms », des mères équipées pour résister aux armes de la police qui font face aux autorités. 

Les manifestant⋅es réclament des solutions contre le racisme systémique et les violences policières, dans la lignée du mouvement Black Lives Matter. Ils demandent aussi de plus en plus régulièrement une baisse de financement de la police, voire son abolition.

Cette situation intervient alors que l’épidémie de la COVID-19 frappe de plein fouet les États-Unis avec plus de 150 000 morts comptabilisés. Autre enjeu, l’élection présidentielle prévue pour octobre 2020. Donald Trump s’est exprimé lors d’un déplacement au Texas. Malgré l’accord passé avec la gouverneure de l’Oregon, le président a menacé d’envoyer la garde nationale pour « nettoyer Portland ».

Une émission réalisée par Martin Lelievre. Photographie de une : Tony via Flick sous licence creative commons 2.0

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here