Le camp de Moria sur l’île grecque de Lesbos a cinq ans déjà. Il devait accueillir 2200 personnes exilées. Il compte aujourd’hui plus de 19 000 habitant.es. Une catastrophe humanitaire qui s’aggrave encore avec la pandémie. Avec ses invité・es, Radio Parleur vous emmène dans ces îles, auprès de ces réfugié・es que l’Europe refuse d’accueillir.

Depuis des mois, la frontière entre la Turquie et la Grèce s’est transformée en un point de blocage pour les exilées. Ce point de blocage, comme un sinistre entonnoir, déverse les personnes exilées à Lesbos. L’État grec n’a pas de ligne claire concernant leur accueil. Or il y a urgence : le camp ne compte qu’un toilette pour 167 personnes. Une situation humanitaire catastrophique qui ne date pas d’hier.

Les invité・es :

  • Marie-Christine Vergiat, vice-présidente de la Ligue des Droits de l’Homme, ancienne députée européenne Front de Gauche.
  • Leïla Minano, journaliste, membre du collectif « Investigate Europe ». Elle co-signe sur Médiapart une enquète à Lesbos, sur les jeunes mineurs réfugié.e.s.
  • Mortaza Behboudi , journaliste afghan réfugié en France. Il est actuellement confiné sur l’ile de Lesbos à quelques kilomètre du camp de Moria. Il réalise quotidiennement des reportages pour plusieurs médias européens.

Photographie de Une :  manifestation sur l’île grecque de Samos à octobre 2019 par Maël Galisson membre du Groupe d’informations et de soutient aux immigrés. Retrouvez notre entretien réalisé en novembre dernier sur Radio Parleur.

Une émission réalisée en confinement via le tchat vocal Discord. Présentation : Romane Salahun et Martin Bodrero. Technique : Etienne Gratianette. 

  1. 15
  2. 0
  3. 4

La production de ce sujet a nécessité :

Heures de travail
€ de frais engagés
membres de la Team
Parleur sur le pont

L’info indépendante a un coût, soutenez-nous

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here