Elsa Dorlin et Nancy Fraser, philosophes, ont toutes deux publié des textes importants. La première avec son dernier ouvrage, « Se défendre », fait une généalogie de l’autodéfense politique. La seconde publie cette année le manifeste « Féminisme pour les 99% », un texte contre le « féminisme d’État » qui ne profite qu’à une minorité de femmes. Ce n’est pas le seul entretien dans lequel des féministes secouent le militantisme, parfois sans ménagements.

Les rencontres et débats en public sont parfois houleux sur les questions féministes. Certaines pratiques, comme les groupes non-mixtes, crispent jusqu’aux militantes « universalistes ». D’ailleurs l’un des clivages militants est là : il y a d’un côté celles pour qui l’égalité est un but si immédiat qu’il ne faut pas s’en éloigner. Quitte à revendiquer, des positions de principe intransigeantes, comme avec la laïcité et le port du voile, par exemple.

D’un autre bord, une autre approche : celle des féministes intersectionnelles. D’abord, il ne s’agit pour elles de parler à la place de personne, les femmes qui vivent des situations d’oppression étant les mieux à même de l’exprimer. Ensuite, elles ouvrent au pied de biche les principes fondamentaux chers aux universalistes, pour voir s’ils ne seraient pas piégés. Une démarche intellectuelle autant que militante. Elsa Dorlin, Nancy Fraser, Françoise Vergès, Silvia Federici, Assa Traoré, Angela Devis, Valerie Rey-Robert, Lauren Bastide…toutes sont passées à notre micro. Radio Parleur vous propose de réécouter et de relire huit entretiens pour éclairer un peu le débat entre féministes.

 


Un « Féminisme pour les 99% »

Rencontre avec Nancy Fraser et Elsa Dorlin

Ce mardi 4 juin 2019, Nancy Fraser l’avoue : elle a délaissé son rôle d’activiste féministe depuis les années 60 pour son rôle de professeur à la New School de New-York. Pourtant le 7 mars 2019, par la publication du manifeste « Féminisme pour les 99% » aux éditions La Découverte, elle se risque à « une plongée dans la politique militante » aux côtés de Tithi Bhattacharya et Cinzia Arruzza. Pourquoi maintenant ? Parce que « les temps l’exigent » indique-t-elle, avant d’énumérer la crise sociale, politique et climatique qui frappe nos sociétés.

Dans ce manifeste en 11 points, les auteures défendent un féminisme alternatif, « une force politique » contre le système capitaliste néolibéral. A ces côtés, Elsa Dorlin décrit un texte qui s’inscrit dans un courant féministe marxiste. L’auteure de « Se défendre, une philosophie de la violence » explicite un point capital : ce féminisme se positionne contre un « Féminisme d’Etat ». Lequel est focalisé sur des politiques de la représentation, qui bénéficient à une minorité de femmes jouant sur le mirage méritocratique. « A quoi sert de briser le plafond de verre si d’autres femmes sont en train de nettoyer les bris de glace ? » pose le texte. Articuler les questions de race, de classe, de sexualité et de genre : quelles perspectives et moyens d’actions pour ce féminisme intersectionnaliste et internationaliste ?

Cette rencontre était proposée par la librairie Michèle Firk à la Parole Errante à Montreuil.

Le livre : Féminisme pour les 99%. Un manifeste – Tithi Bhattacharya, Cinzia Arruzza, Nancy Fraser, La Découverte, 7 mars 2019.

 


Françoise Vergès « pour un féminisme décolonial »

Dans les mots de François Vergès, deux conceptions du féminisme s’opposent et semblent incompatibles. Le féminisme décolonial, défendu tout au long de l’ouvrage par Françoise Vergès, correspond à un combat collectif contre la « colonialité du pouvoir ».  La colonialité, ce sont ces inégalités structurelles qui perdurent depuis la fin de la colonisation. Pour l’autrice, seul un féminisme antiraciste, anticapitaliste et anti-impérialiste peut remettre en question l’organisation inéquitable du monde.

Un féminisme décolonial, éditions La Fabrique

Dans son dernier ouvrage intitulé Un féminisme décolonialFrançoise Vergès propose de transformer les luttes féministes pour leur redonner leur potentiel révolutionnaire, en réfléchissant aux conséquences de la colonisation. Militante féministe et antiraciste, elle s’appuie sur une réflexion historique des vestiges de la pensée coloniale dans le féminisme français actuel pour défendre ses idées.

La grève des femmes de ménage d’ONET, société de nettoyage rattachée à la SNCF, ou celle des femmes de chambre du Holiday Inn de Clichy (que Radio Parleur avait suivi jusqu’à Bruxelles) sont des exemples très révélateurs de ce que peut être un féminisme décolonial.

 

Le livre : Un féminisme décolonial est paru en février 2019 aux éditions La Fabrique.

 

 


Silvia Federici : « Les femmes sont en première ligne ! »

Le Capitalisme patriarcal , dernier ouvrage de l’enseignante, universitaire et militante féministe Silvia Federici, retrace l’importance des travaux de Karl Marx dans l’histoire féministe, pour mieux dépasser les limites de sa pensée et aboutir à une théorie féministe conséquente. Radio Parleur l’a rencontrée à l’occasion de sa venue à Paris.

Un entretien à relire ici : Silvia Federici : « Les femmes sont en première ligne ! »

Paru aux éditions La Fabrique au printemps 2019, "Le capitalisme patriarcal" de Silvia Federici rassemble des textes écrits entre les années 70 et aujourd'hui, dont des inédits. Photo Pierre-Olivier Chaput pour Radio Parleur
Paru aux éditions La Fabrique au printemps 2019, « Le capitalisme patriarcal » de Silvia Federici rassemble des textes écrits entre les années 70 et aujourd’hui, dont des inédits. Photo Pierre-Olivier Chaput pour Radio Parleur

Un entretien réalisé par Diego ACUÑA-MARCHANT et Pierre-Olivier CHAPUT.

Le livre : Le Capitalisme patriarcal – Silvia Federici (La Fabrique, 2019)

 


Entretien croisé entre Assa Traoré et Angela Davis : une lutte en héritage

La première est intellectuelle et militante féministe, incarne la figure historique du mouvement noir américain. La seconde, à l’origine du collectif Vérité pour Adama, a perdu son frère décédé après un contrôle de gendarmerie, le 21 juillet 2016. Elle représente le visage de la lutte contre les violences policières en France. Lors de cet entretien croisé, elles évoquent le féminisme, l’antiracisme, la révolution, les violences policières.

Un entretien en partenariat avec la revue Ballast et le studio Durango Production.

Retrouvez les extraits vidéos de cet entretien sur notre page facebook et sur celle de la revue Ballast.

 


Valérie Rey-Robert : la violence sexuelle « fait partie du patrimoine français »

Procès Baupin, « Ligue du Lol », agressions sexuelles chez les jeunes communistes : le premier livre de Valérie Rey-Robert, « Une culture du viol à la française, du troussage de domestique à la liberté d’importuner », paraît dans un contexte très chargé. Radio Parleur a rencontré cette militante féministe, connue pour son blog « Crêpe Georgette ».

La culture du viol. L’expression – dont l’utilisation est encore récente en France – peut étonner lorsqu’elle est entendue pour la première fois. Elle désigne le viol tout en allant au-delà, afin de « montrer qu’il n’est pas un phénomène rare et accidentel », précise Valérie Rey-Robert dans son livre. Si les violences sexuelles perdurent autant dans nos sociétés, c’est parce qu’elles s’inscrivent au sein d’un système profondément sexiste. Il se normalise dans nos vies et s’exprime à travers des croyances, mythes et idées reçues autant sur le viol, les agresseurs et leurs victimes.

entetiens féministes
Une culture du viol à la Française de Valérie Rey-Robert.

Valérie Rey-Robert s’attarde à déconstruire l’image du violeur présenté comme un monstre dangereux attaquant ses victimes dans un parking ou une ruelle sombre, qui se transmet dans l’imaginaire collectif. Pour l’autrice, il y a plusieurs raisons à ce mythe persistant. « Pour les femmes, ce serait extrêmement difficile d’admettre que les hommes qui risquent de les violer sont des proches. Le lieu où elles risquent le plus d’être violées est leur domicile, pourtant considéré comme un espace de sécurité ». Ce mythe agit comme un déni volontaire pour ne pas se confronter à la violence de la réalité. Pour les hommes, la démarche est similaire mais vise à protéger leur image : « dire que le violeur est l’homme du parking aide à une mise à distance et leur évite de s’interroger sur leurs propres comportements ».

Le livre : « Une culture du viol à la française, du troussage de domestique à la liberté d’importuner » a été publié le 21 février chez Libertalia.

 

 


Christine Delphy : « Leurs mains fondent dans l’eau de vaisselle ! »

La sociologue Christine Delphy, féministe matérialiste, publie une traduction de son livre « l’exploitation domestique », co-écrit avec Diana Leonard en 1992. L’ouvrage, qui passe la répartition du travail domestique au crible de l’analyse de genre, reste (malheureusement) pertinent, plus de vingt-cinq ans après.

Christine Delphy féminisme et exploitation domestique entetiens féministes
Christine Delphy au Maltais Rouge, pour la traduction de son ouvrage « L’exploitation Domestique ». Photographie : Antoine Atthalin pour Radio Parleur.

Un quart d’heure avant son arrivée, la salle est déjà comble. L’autrice a participé à la vague féministe de la fin des années 1960, notamment à la fondation du Mouvement pour la Libération des Femmes (MLF). Chistine Delphy revient sur le concept de travail domestique et sur les constats sans appel de l’enquête menée au moment de la version anglaise de « L’exploitation domestique ». L’inégalité dans le couple hétérosexuel est une stratégie masculine qui mène les femmes à choisir entre accepter ces corvées ou accepter qu’elles ne soient pas faites. Cette injustice fondamentale joue ensuite un rôle dans la reproduction d’autres inégalités liées au genre : elle prive les femmes de temps pour travailler, étudier, ou avoir des loisirs. Ainsi, la stigmatisation trouve des points d’accroche, et la domination peut continuer. La sociologue lance d’ailleurs : « On se moque des femmes qui ne suivent pas les films à la télévision, mais elles ratent la première moitié parce qu’elles sont occupées à faire la vaisselle ».

 

Cette rencontre était proposée par les éditions Syllepses au Maltais Rouge à Paris.

Le livre : L’exploitation domestique – C. Delphy et D. Leonard (mai 2019, Syllepse).

 


Etats Généraux des femmes journalistes : s’organiser contre le sexisme, avec Lauren Bastide

Les premiers Etats généraux des femmes journalistes ont eu lieu samedi 13 avril 2019 à Paris. Une initiative de l’association Prenons la Une, qui lutte pour une meilleure représentation des femmes et des questions féministes dans les médias. Nous avons rencontré Lauren Bastide, journaliste et porte-parole du collectif.

Suite à l’affaire de la « Ligue du Lol », Prenons la Une a réalisé avec NousToutes la vaste enquête EntenduALaRédac sur le sexisme et les violences sexuelles dans les rédactions et écoles de journalisme. Des centaines de témoignages concernant plus de 200 rédactions de médias français ont été récoltés. Cette enquête s’inspire de ce qu’il s’est passé autour de #MeToo avec l’afflux de témoignages de violences sexistes et sexuelles. « On a dit que la parole des femmes s’était libérée mais c’est surtout qu’on s’est mis à l’écouter et à la comprendre et c’est ce que cette enquête a permis ».

Lauren Bastide Etats Generaux des Femmes Journalistes entetiens féministes
La journaliste est porte-parole du collectif Prenons la 1

Parmi les revendications du collectif, l’organisation d’une formation de 4 heures sur les discriminations de genre dans toutes les écoles de journalisme conventionnées, afin d’endiguer les schémas sexistes. Une vingtaine d’étudiantes de ces établissements seront d’ailleurs présentes aux Etats généraux des femmes journalistes afin de témoigner, d’assister aux ateliers et de bénéficier des retours des expériences de journalistes qui sont déjà en poste.

A réécouter : « Féminisme dans le journalisme, l’heure est venue » – reportage aux États-Généraux.

 


 

1 COMMENT

  1. oui,c’est important de dire que le genre masculin prends d’autorité le pouvoir par la force,le déni, et la lacheté….comment faire pour qu’un vrai débat de société interprofessionnel….intergénérationnel….intercullturele…qui s’inscrit dans l’hirtoire temps….préparé ,honnête,EN PARLANT ET DE L’ARGENT ET DU SEXE MAIS SURTOUT DE LA NATURE ET DE LA BEAUTÉ…………….les jeux de mots français ont des fois un sens si profond….NICK PAS TA MER,mon fils,elle déjà assez NICKÉ COMME CELA AU COURT de toute sa vie….pour le symbole…de DAME NATURE dont on ne respecte pas la beauté et que l’on transgresse sans réflexion……..sans haine du genre masculin(c’est dur des fois),et prenant en compte toute les pratiques amoureuse sexuelles ou pas amoureuses…..les transgenres et les nouvelles transformations grâce au progrès des sciences et de la médecine……….nous vivons une époque déroutante et surtout c’est important que les repères soit bien établit pour la santé et la survit des générations future….une révolution sans violence car philosophiquement j’ai lu Macron dans un article du parisien,et je ne puis être d’accord sur donner à voir la Force(prouver qu’on est fort) aux autres pour faire les règles sociales……….ou ne pas laisser l »autre » établir ses règles…….au fait Brigitte si elle a fait une chirurgie esthétique a-t -elle ses règles?au sens propre et figurée(je pose cette question sans vouloir aggresser la femme qui est femme et ne peut être qu’une femme)….les règles « c’est pas du propre »……et oui……….!!!!le féminisme,il faut y la réfléchir(dans les symboles, les représentations….)…car avec tout le respect pour les générations qui me préccèdent ou me suivent………l’argent ne fait pas les règles…………..ni la beauté………………….la loi comme la règle c’est beaucoup de réflexion sur l’histoire de l’humanité ,l’éducation…….les relations hommes femmes……….l’émotion etc……….le RESPECT n’est pas la chose la plus évidente……car,il faut se faire respecter…..je n’ai perso jamais réussi…..et j’aime les femmes( toutes )et les hommes aussi presque tous………….j’ai sinon,plein de réflexions à ce sujet…….mais j’arrête là!!!

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here