Le chercheur indépendant en sciences sociales Mathieu Rigouste est à la tête d’un nouveau projet : Un seul héros le peuple. Un site, un livre et un documentaire diffusés en ligne du 10 au 15 décembre 2020. A travers des témoignages, il raconte le soulèvement du peuple algérien en décembre 1960. Radio Parleur l’a rencontré.

Mathieu Rigouste travaille depuis une quinzaine d’années sur la sociologie du système sécuritaire. Il a publié plusieurs livres à ce sujet, dont L’ennemi intérieur aux éditions la Découverte (2011), issu de sa thèse de doctorat. Ensuite, en 2012, il écrit pour les éditions La Fabrique La domination policière, une violence industrielle. Le projet Un seul héros le peuple s’inscrit dans la continuité de ce cycle de recherches.

Une victoire populaire

Le documentaire est disponible sur le site Un seul héros le peuple, à prix libre, du 10 au 15 décembre. Des dates qui concordent avec le soixantième anniversaire des manifestations de décembre 1960, un soulèvement qui s’est déroulé trois ans après la bataille d’Alger.


Sur le même thème : Maurice Rajsfus, hommage à un « éclaireur » des violences policières


D’une durée d’une heure et vingt minutes, le documentaire se concentre justement sur les manifestations de décembre 1960 en Algérie. Ces événements sont connus en France comme les événements du 11 décembre 1960. En réalité, ils ont duré trois semaines. Depuis sept ans, le chercheur Mathieu Rigouste travaille sur ce moment historique qu’il considère comme « dissimulé » dans l’Histoire. Dans son documentaire, il laisse la parole à des historien·nes, des témoins, et des manifestant·es algérien·nes.

« Cet épisode vient montrer comment des masses exploitées et opprimées ont réussi à s’unir et à prendre les rues pour bouleverser l’ordre colonial et commencer à se réapproprier la société », explique Mathieu Rigouste. A travers des témoignages forts, le documentaire met en avant la capacité d’auto-organisation du peuple Algérien, mais aussi la forte répression qui a suivi le soulèvement. Selon le chercheur, « c’est l’histoire d’une victoire populaire, mais aussi d’un massacre d’Etat dissimulé. »      

Un entretien d’Auriane Duroch-Barrier. Photo de Une : Cyrille Choupas

  1. 6
  2. 0
  3. 3

La production de ce sujet a nécessité :

Heures de travail
€ de frais engagés
membres de la Team
Parleur sur le pont

L’info indépendante a un coût, soutenez-nous

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here