Le 15 décembre 2017, à Fives, un quartier populaire de Lille, Sélom, 20 ans et Matisse, 18 ans meurent percutés par un train. L’enquête, rapidement menée, conclut à un simple accident. Mais très vite, des doutes émergent. Dans ce troisième épisode, les mères décident de déposer plainte. Un combat pour la vérité s’engage. Trois ans plus tard, les circonstances du drame, et notamment l’implication de la police, ne sont toujours pas élucidés.

Quelques jours après le décès de leurs enfants, les familles décident de porter plainte pour « homicide involontaire, mise en péril de la vie d’autrui et non assistance à personne en danger ». C’est le début d’une odyssée judiciaire parcourue d’embûches, de refus et d’une longue attente.

Suite au drame de décembre 2017, une instruction est finalement ouverte pour déterminer les causes de la mort de Sélom et de Matisse. Depuis trois ans – et deux juges plus tard – l’instruction stagne et les familles se battent quotidiennement contre l’oubli. Maître Berton, l’avocat de l’époque, dénonce de nombreux éléments « troublants ». Que s’est-il réellement passé à Fives, durant les heures et les minutes qui ont précédé cet accident mortel ?  

Sélom et Matisse
Les mères de Sélom et Matisse se constituent parties civiles et déposent plainte. C’est le début d’une longue instruction. Crédit : Yann Levy pour Radio Parleur.

Le lundi 18 décembre, Peggy, la mère de Sélom, se rend au commissariat de Lille accompagnée de Claude, son ex-mari. Ils souhaitent déposer plainte afin de pouvoir se constituer partie civile et ainsi avoir accès au dossier d’instruction. La réponse qu’on leur fait va les surprendre : « Pour l’instant ce n’est pas possible », leur dit un policier. « A ce moment-là me suis dis qu’on avais mis un pied dans un engrenage. Je repense à l’histoire de Zied et Bouna : coursés par la police, ils en sont décédés », se souvient Peggy

Une plainte difficile à déposer

Maître Franck Berton est un ténor du barreau de Lille. Il les conseille et, le mardi matin, les parents de Sélom retournent au commissariat. Ils sont reçus par une inspectrice. Contre toute attente, ils doivent répondre à une audition. Après quatre heures d’entretien, les parents de Sélom, à force d’insister, finissent par être reçus pour déposer plainte. Quant à Valérie, la mère de Matisse, le commissariat central de Lille a simplement refusé de prendre sa plainte. Elle a dû saisir directement le procureur avec l’aide de son avocat. « Je me suis dis : ils ont quelque chose à se reprocher puisqu’ils ne prennent pas ma plainte. »


On a besoin de vous :  jusqu’au 2 décembre, Radio Parleur est en campagne de don. Objectif : 20 000 euros pour continuer à vous proposer des podcasts libres et indépendants ! 


Lors de son audition du 18 décembre, Peggy, la maman de Sélom, se rappelle des propos quelque peu surprenants d’un policier : « Vos enfants ce sont des anges, on sent qu’ils sont gentils, par contre les deux survivants, ce sont eux les méchants. Ce sont les meilleurs qui sont partis. » Achraf, l’un des deux survivants de l’accident, a concédé avoir été sur place pour vendre de la drogue. Depuis, Aurélien, lui, a été incarcéré pour une affaire de stupéfiants. Que faisaient donc leurs enfants ? Un court instant, le doute s’installe chez Peggy et Valérie.

Retrouvez tous les épisodes de cette série ici :

Une enquête menée par Yann Levy (Bastamag) et Tristan Goldbronn. Réalisation par Etienne Gratiannette. Photo de Une : Yann Levy pour Bastamag.

  1. 40
  2. 240
  3. 6

La production de ce sujet a nécessité :

Heures de travail
€ de frais engagés
membres de la Team
Parleur sur le pont

L’info indépendante a un coût, soutenez-nous

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here