Un ancien commissariat se transforme en lieu de lutte pour le droit au logement. Depuis le début du mois de janvier, ces ex-locaux de police du 2ème arrondissement de Paris sont occupés par une trentaine de familles sans-logis qui y trouvent refuge.

Entre l’hôtel de police et l’hôtel de luxe, il y a l’hôtel du droit au logement”, ironise Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de l’association Droit Au Logement (DAL). Dans l’ancien commissariat du 2e arrondissement de Paris occupé, au 18 rue du Croissant, l’ambiance est électrique ce samedi 11 janvier. Ce qui semble être l’ancienne salle de pause des policier.es fourmille de discussions et de pleurs d’enfants. Au cœur de l’attroupement : l’actrice Josiane Balasko et le comédien Pierre Richard, venu.es apporter leur soutien à la vingtaine de familles qui occupent le bâtiment depuis le 1er janvier 2020. Les occupant.es se bousculent pour des selfies avec les artistes. “J’ai connu le mal logement dans les années 50, explique Josiane Balasko, soutien du DAL de longue date, mais il était différent de ce qu’on voit maintenant, c’était moins violent.”

Les comédien.nes Josiane Balasko et Pierre Richard, soutiens de longue date du DAL, étaient présent.es le 11 janvier (Photo : Zoé Pinet)

Des bureaux transformés en chambres

À l’étage, quelques matelas posés au sol dans les anciens bureaux des policier.es. Pas d’eau chaude, mais du chauffage et de l’électricité :  “Je préfère être là, avec mes enfants, dans un lieu sûr plutôt que dehors dans le froid”. Madame Kebir a trois enfants et fait partie des premières familles arrivées sur place. C’est Fanny, militante au DAL, qui a commencé à occuper les lieux avec 9 familles. Si les premiers occupant.es se sont installé.es fin décembre, l’occupation officielle est revendiquée à partir du 1er janvier par le DAL puis constatée par le maire du 2e arrondissement à partir du 3 janvier. 

Kora, son compagnon et leur fille de 3 mois se sont installé.es ici avec les premières familles arrivées sur place, le 1er janvier dernier (Photo : Zoé Pinet)

On fait le travail des institutions en réquisitionnant ce bâtiment”, explique cette dernière. Les occupant.es mettent en avant la loi de réquisition des bâtiments vides, initiée par le Conseil National de la résistance en 1945. Cette loi prévoit qu’un.e responsable de l’État (préfet.e ou maire) puisse réquisitionner un logement vide depuis plus de 8 mois pour y installer des personnes “dépourvues de logement ou logées dans des conditions insuffisantes”.

Bientôt un hôtel de luxe

L’ancien commissariat, vide depuis l’été, est devenu la propriété du groupe immobilier Primonial Reim. Celui-ci a acheté l’immeuble de quatre étages pour le compte de CitizenM, un groupe spécialisé dans le tourisme de luxe. Selon le permis de construire placardé sur le bâtiment, les locaux devraient être transformés, après destruction, en un hôtel de 84 chambres, avec « terrasse végétalisée ». Et pourtant… cet arrondissement de Paris subit de plein fouet la “dévitalisation” du centre-ville, comme l’explique Fanny : “Les habitant.es m’expliquent que les logements se vident, les écoles ferment… Il ne restera bientôt que des bureaux et des structures pour accueillir les touristes.”  En effet, dans cet arrondissement du centre parisien, 25% des logements sont vacants (selon le DAL), 26,5% selon un rapport de l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur) publié en juillet 2017 : la moitié sont des résidences secondaire, dont certains partiellement loués via Airbnb ; et les autres sont totalement vides.

 Sur le même thème : Dernier requiem pour le squat du Marais

Un cas significatif de la crise du logement

Pour Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du DAL, cette situation est inacceptable. “La crise du logement c’est 3,1 millions de logements vides dans toute la France et 140 000 personnes sans abri selon l’Insee”, un chiffre largement sous-estimé car “plus de 150 000 personnes sont hébergées par l’État et des milliers d’autres ne sont pas comptabilisées.” Pour lui, une seule solution : “lutter contre la spéculation immobilière et contre les spéculateurs qui nous pillent”.

Au 18 rue du Croissant, dans le 2e arrondissement de Paris, les familles sans abri ont remplacé les policier.es qui n’occupent plus les lieux depuis septembre dernier (Photo : Zoé Pinet)

Une bataille juridique s’engage

La préfecture de Police de Paris, après avoir constaté l’occupation des locaux début janvier, a convoqué les occupant.es devant le Tribunal Administratif le 14 janvier dernier pour obtenir l’autorisation d’expulser dans la foulée. L’audience, repoussée par le Tribunal Administratif, se tiendra le 23 janvier.

Pour justifier sa demande d’expulsion pendant la trêve hivernale, la préfecture de Paris argue que les lieux sont toujours affectés à une mission de service public. Le commissariat a pourtant été transféré depuis septembre 2019 rue aux Ours, et l’immeuble est vide de toute activité et de toute trace de présence antérieure de la police. 

 

[MAJ] Jeudi 23 janvier, les occupant.es étaient convoqués au tribunal administratif du 4e arrondissement de Paris, qui a débouté la préfecture de police de sa demande d’expulsion pour « incompétence ». 

 

 

Un reportage de Louise Bugier et Zoé Pinet. Photo de Une : Zoé Pinet

  1. 15
  2. 0
  3. 4

La production de ce sujet a nécessité :
Heures de travail
de frais engagés
membres de la Team
Parleur sur le pont
L’info indépendante a un coût, soutenez-nous !

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here