À Arlon, dans le sud de la Belgique, des militant.es ont installé une ZAD en opposition à un projet de bétonnage d’une zone de « grand intérêt biologique ». Il y a deux semaines, la police fédérale a bouclé, toute une journée, une partie de la ville. Des tensions qui laissent craindre une prochaine expulsion par la force.

Vendredi 29 novembre. À Arlon, une commune dans le sud de la Belgique. Le jour n’est pas encore levé sur la Zone À Défendre, la Zablière pour les intimes, mais ses habitant.es sont déjà debout. Alerté.es la veille qu’une opération policière allait avoir lieu, les zadistes sont dans le brouillard. Le dispositif policier se met rapidement en place près de la zone. Une centaine de policier.es, des camions à eau, un drone et un hélicoptère. Sur la ZAD, cette démonstration de force installe le doute chez les activistes : va-t-il y avoir une expulsion ?

À l’origine de cette opération, il y a un appel lancé sur les réseaux sociaux pour soutenir la ZAD avec une Marche des territoires : « L’objectif était de faire venir des gens depuis la Belgique, la France et le Luxembourg pour venir manifester à Arlon », lance Camille. Mais le mouvement a rapidement pris de l’ampleur et l’administration locale a décidé de faire appelle à la police fédérale par crainte d’être débordé. Dans un souci d’apaisement, une partie des zadistes décident d’annuler la marche et l’annonce sur les réseaux sociaux. Pas suffisant pour convaincre la police qui maintient l’opération.

Dans la zone à défendre de la Zablière à Arlon au début du mois de décembre 2019. Photographie : Adrien Giraud pour Radio Parleur.
Dans la zone à défendre de la Zablière à Arlon en Belgique au début du mois de décembre 2019. Photographie : Adrien Giraud pour Radio Parleur.

Une dizaine de véhicules de police et un hélicoptère mobilisés

La ZAD d’Arlon se retrouve donc encerclée. Le petit centre-ville est bouclé, une dizaine de véhicules de police et même un hélicoptère sont mobilisés toute la journée. C’est un moment de stress et de tension pour les occupants: « on ne savait pas si on allait se diriger vers un affrontement violent avec la police » se souvient un autre zadiste. Finalement, la police fédérale reste à l’extérieur de la Zone à Défendre, bien en évidence et deux personnes sont brièvement interpellé.es à la gare. Pour le Bourgmestre d’Arlon Vincent Magnus, cette opération policière était nécessaire:« On m’a dit que la manifestation était annulée, mais je n’ai reçu aucun document officiel. Donc on ne sait jamais, c’était peut-être une stratégie pour finalement venir et manifester ».

Au final, il y avait sur la zone plus de policier.es que d’activistes. Pour Camille (un autre), on peut s’interroger sur la pertinence de cette opération: « À mon avis c’est juste pour nous mettre un coup de pression et dépenser de l’argent public inutilement».

Un projet de zone commerciale de 30 km2 sur un « site de Grand Intérêt biologique »

Il faut dire que tout le monde ne se réjouit pas de l’arrivée des zadistes sur l’ancienne sablière de Schoppach fin-octobre. À commencer par Vincent Magnus, le bourgmestre d’Arlon depuis sept ans.

Membre du parti centriste belge « centre démocrate humaniste », ce personnage politique expérimenté fait également partie du conseil d’administration d’Idelux, la structure publique intercommunale qui pilote le projet de construction sur la sablière. Le projet de bétonnage doit s’implanter sur 30 km2 entre l’autoroute E411 et la commune pour bâtir une zone artisanale. Mais cet endroit abrite une zone humide considérée par la Région wallonne comme: « un site de Grand Intérêt biologique ». Un écosystème fragile qui attire quelques espèces rares de papillons, l’hirondelle de rivage, le triton crêté. Même si ceux-ci se font de plus en plus rares depuis quelques années.

« Dans le projet d’Idelux, nous voulions consacrer cinq hectares à la biodiversité », tempère le Bourgmestre. C’est trop peu pour les zadistes qui craignent que le bétonnage du site n’éloigne définitivement la biodiversité présente sur le site. En conséquence, elles et ils ont décidé de s’installer sur la partie supérieure de la zone. Un choix stratégique puisque depuis le campement nord -situé sur la falaise- on peut observer la zone humide. Curieux hasard, depuis le rebord on aperçoit aussi les bureaux d’Idelux à quelques centaines de mètres. Ce qui n’est pas pour calmer les tensions.

Les tentes des occupant.e.s de la Zablière à Arlon en Belgique au début du mois de décembre 2019. Photographie : Adrien Giraud pour Radio Parleur.

En quelques semaines, des tranchées ont été creusées, des cabanes construites et des palissades érigées. Mais ces installations restent précaires, une seule cabane : la désaxée possède un poêle pour toute la Zablière. Depuis quelques jours, la neige s’est mélangée avec la boue, ce qui accentue le besoin de ressources: « ce dont on a besoin c’est de matos pour passer l’hiver. C’est la recette pour réussir une ZAD » confie un zadiste. Néanmoins, les occupant.e.s peuvent compter sur des riverains qui apportent des vivres et font part de leur soutien.

Sur le même thème : écoutez notre ballade du naturaliste dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

 

Dans la désaxée justement c’est l’heure de la soupe. Une dizaine de personnes sont rassemblé.es autour du poêle. On fait tourner les boles, les tranches de saucisson de gibier et les bonbons. Pour certain.es c’est leur première ZAD. D’autres sont plus expérimenté.es et partagent ce qu’ils.elles ont pu apprendre à Notre-Dame des Landes.

La ZAD d’Arlon n’est pas la première ZAD belge, mais la mobilisation qui gravite autour l’ancienne sablière est particulièrement importante. Ils.elles sont plusieurs centaines chaque week-end à venir sur la ZAD pour apporter du soutien. Des comités se sont aussi créés pour organiser des évènements de soutien comme à L’ASBL l’Accroche à Forest (Région de Bruxelles-Capital).

En Belgique : une lutte locale qui résonne au niveau fédéral

La ZAD s’est même installée dans les débats politiques au niveau fédéral, l’équivalent du niveau national en Belgique. La semaine dernière en commission parlementaire, le ministre de la Sécurité et le l’intérieur Pieter De Crem a expliqué : « qu’on avait, depuis l’arrivée des zadistes à Arlon, dénombré une vingtaine de faits judiciaires, tels que dégradation volontaire pour plusieurs milliers d’euros, vol qualifié en bande dans les magasins, infractions contre l’environnement, menaces avec armes et port d’armes prohibées ».

Des élué.es soutiennent cependant la ZAD, comme la députée fédérale écologiste Cécile Thibaut. La députée a questionné le ministre De Crem sur la pertinence du déploiement policier:« Je trouve ces actions policières et politiques choquantes et indignes d’un État de droit. De plus, elles ont installé un climat de peur. Je déplore une perte de sang-froid des uns et des autres. C’est pourquoi je me réserve le droit de solliciter le Comité P (NDLR : le Comité permanent de contrôle des services de police en Belgique), pour qu’il examine ce dossier. ». Une pression policière qui n’est pas sans rappeler, en France, la répression  contre les opposants au projets d’enfouissement nucléaire à Bure dans la Meuse.

Dans la zone à défendre de la Zablière à Arlon en Belgique au début du mois de décembre 2019. Photographie : Adrien Giraud pour Radio Parleur.
Dans la zone à défendre de la Zablière à Arlon en Belgique au début du mois de décembre 2019. Photographie : Adrien Giraud pour Radio Parleur.

Une procédure d’expulsion lancée contre les occupants de la ZAD

Depuis notre reportage sur la Zablière, Vincent Magnus et l’intercommunale Idelux sont passés à la vitesse supérieure. Le 6 décembre dernier, le conseil d’administration de l’intercommunale a décidé d’engager la procédure d’expulsion. Dans un communiqué, le conseil d’administration lance un appel aux zadistes pour qu’ils quittent pacifiquement les lieux et prévient contre des mouvements résistances : « S’il apparaissait que les occupants refusent d’exécuter cette décision, cela signifierait que les plus radicaux l’ont emporté sur les plus pacifiques. L’Intercommunale n’aurait alors d’autre choix que de solliciter l’exécution forcée de celle-ci. »

Radicaux ou non, les occupant.e.s de la ZAD vont continuer le combat. Ils et elles l’ont rappelé dans un communiqué partagé le lendemain du lancement de la procédure d’expulsion :« La détermination reste sans faille et l’occupation continuera tant que le projet  n’est pas abandonné. » Les militant.es confient eux qu’ils et elles sont prêt.es à passer l’hiver sur la zone.

À Arlon en Belgique, un reportage réalisé par Adrien Giraud et Charles Dequillacq. Photographies : Adrien Giraud pour Radio Parleur.

  1. 20
  2. 45
  3. 5
La production de ce sujet a nécessité :
Heures de travail
de frais engagés
membres de la Team
Parleur sur le pont
L’info indépendante a un coût, soutenez-nous !

1 COMMENT

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here