Mardi 26 novembre, des salarié.e.s du groupe Casino se sont retrouvé.e.s au Géant Casino Masséna, dans le 13ème arrondissement. L’objectif : protester contre la précarisation de leurs emplois, l’automatisation des caisses enregistreuses et des conditions de travail toujours plus dégradées.

Ce 26 Novembre, il est environ 9h45. Après quelques minutes de marche sous la grisaille parisienne nous pénétrons dans La Galerie, centre commercial où se trouve le supermarché Géant Masséna enseigne du groupe Casino. A l’entrée, une quarantaine de vigiles éparpillés ainsi qu’une petite trentaine de syndicalistes CGT.

Le rendez-vous est fixé à 10h. Peu à peu les rangs se gonflent jusqu’à atteindre environ 115 manifestants selon le syndicat CGT à l’origine de la mobilisation. Le mot d’ordre est simple « contre la précarisation de l’emploi, pour de meilleures conditions de travail et de meilleurs salaires ».

mobilisation des salarié.e.s du groupe Casino au Géant Masséna à Paris le 26 novembre 2019. Photographie : Pierre Louis Colin pour Radio Parleur.
mobilisation des salarié.e.s du groupe Casino au Géant Masséna à Paris le 26 novembre 2019. Photographie : Pierre Louis Colin pour Radio Parleur.

« Le groupe Casino, nous prend pour des larbins »

Le groupe Casino ce n’est pas rien. L’entreprise rassemble, entre autres, les marques Casino, Géant, Monoprix, Franprix, Leader Price. En tout, plus de 12 100 points de vente et plus de 220 000 employé.e.s à travers le monde. La mobilisation de ces salarié.e.s naît d’une réaction à la « braderie sociale » qu’orchestrerait le groupe selon les syndicats. Cessions et fermetures de magasins, hausse de la charge de travail, diminution des effectifs, mise en place de métiers « polycompétences » à outrance ainsi que disparition des postes de caissier.ère.s remplacé.e.s par des caisses automatiques.

« [au sujet de la direction] ils sont dans un délire, ils ont une marche à suivre ». Annie, caissière chez Monoprix et syndicaliste SUD.

La logique du groupe est simple. Afin d’augmenter sa « productivité », Casino remplace la main d’œuvre considérée comme superflue par des machines. Le management agressif du monde de la grande distribution décrit dans un fameux épisode de l’émission Cash investigation sur la grande distribution, n’épargne pas le groupe.

mobilisation des salarié.e.s du groupe Casino au Géant Masséna à Paris le 26 novembre 2019. Photographie : Pierre Louis Colin pour Radio Parleur.
mobilisation des salarié.e.s du groupe Casino au Géant Masséna à Paris le 26 novembre 2019. Photographie : Pierre Louis Colin pour Radio Parleur.

Pour réduire le coût du travail Casino développe la poly-compétence (ou poly-fonctionnalité). Vous pouvez être amené.e au cours d’une journée à exécuter plusieurs taches allant de la caisse, à la mise en rayon, au nettoyage etc. Réduisant ainsi le nombre de salarié.e.s, la charge de travail devient de plus en plus lourde à porter pour les employé.e.s dont les conditions de travail se dégradent inexorablement.

« C’est le même combat, c’est pour ça que nous sommes venues les soutenir » Rachel, gouvernante à l’Ibis Batignolles.

Cette journée marque le pas des mobilisations à venir. Dans toute la grande distribution, dans de nombreux secteurs des cris de colère se font entendre. Le 5 décembre ne sera pas pour ces salarié.e.s une date anodine puisqu’elles et eux seront dans la rue contre la réforme des retraite et son monde. Ils et elles l’affirment, c’est « le même combat », celui pour une vie digne.

Un reportage réalisé par Pierre Louis Colin.

  1. 10
  2. 0
  3. 3

 

La production de ce sujet a nécessité :
Heures de travail
de frais engagés
membres de la Team
Parleur sur le pont
L’info indépendante a un coût, soutenez-nous !

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here