L’hebdo Parleur, c’est 15 minutes pour se mettre à jour sur l’actualité des luttes sociales en France. Cette semaine, des gens habillés en fluo qui courent partout, de barricades en barrages routiers. Ils sèment la révolte et brûlent Paris. Réclament de la justice sociale. Le gazole est loin derrière, au chapitre des revendications mineures, largement débordé par toutes les colères sociales, et la flambée d’indignation face aux violences policières.

Vous avez peur des Gilets Jaunes, trop infiltrés par l’extrême-droite, l’extrême-gauche, les beauf, les fafs, les cons ? Alors bon. Des drapeaux français, il y en a, des discours fachos aussi. Pourtant, les gens en tenue de sécurité routière qui se mobilisent ardemment depuis près d’un mois maintenant disent deux choses essentielles, de Paris à l’île de La Réunion, en passant par la Bretagne : à Emmanuel Macron, #RendsL’argent (des riches). Aux écolos, « nous aussi on veut bien être écolos, mais on a pas les moyens. »

Fenêtre d’ouverture pour parler politique, le mouvement des Gilets Jaunes pose des questions de justice sociale, et ça François Ruffin et d’autres Insoumis l’ont bien compris. Tous comme des syndicalistes, qui murmurent, attifés de leurs gilets rouges, « il faut qu’on converge, qu’on structure les revendications, et on ira loin ! » Pour autant, comme du côté des écolos, la frilosité est encore un peu de mise. La marche pour le climat, qui battra le pavé parisien samedi prochain, pour chanter « tous ensembles tous ensembles ! » quel que soit la couleur du gilet ?

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here