Quand les promesses de Ford s’envolent… le 7 juin dernier, le constructeur automobile américain annonçait vouloir fermer son usine dans la banlieue de Bordeaux. Pourtant, il s’était engagé à conserver les emplois. Un goût amer en bouche, les syndicalistes continuent de se mobiliser pour défendre les 900 emplois menacés. Une lutte qu’ils tentent de mener malgré la résignation d’une majorité des salariés. Entretien avec Gilles Lambersand et Philippe Poutou, représentants syndicaux de l’usine.

La dernière usine de Ford en Europe

Ils sont un peu moins d’une trentaine. On les aperçoit au loin et, dans les brumes de chaleur inattendues de ce début du mois d’octobre, leurs silhouettes se contorsionnent étrangement. Ils sont installés en cercle à l’ombre de l’un des imposants hangars de l’usine Ford de Blanquefort. Une unité de production de boite de vitesse automatique, la dernière que possède en Europe le constructeur américain.

Barré par les grilles qui interdisent l’accès (entre autres aux journalistes) on entend, de loin des échos de voix. La discussion porte sur l’évolution de la situation. Elle est menée par deux hommes. Le premier est bien connu du grand public, ses cheveux blanc et son franc-parler ont déjà parcouru tout les plateaux télé et connu quelques coups d’éclats médiatiques. C’était il y a un an et demi, Philippe Poutou était alors candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste à l’élection présidentielle. Aujourd’hui, il mêne un autre combat, celui du délégué syndical CGT et du salarié du groupe Ford menacé de licenciement qu’il est dans la « vraie vie » comme il dit.

Le second porte le T-shirt blanc barré d’un logo Ford brisé et du slogan « sauvons nos emplois ». Représentant syndical CGT, Gilles Lambersand a plus de trente années de Ford derrière lui, c’est son « premier et unique emploi » dit-il installé devant un café. « J’ai 50 ans, j’y suis entré à 20 ans, je n’ai jamais connu d’autres lieux de travail. » Alors forcément quand le 7 juin dernier l’annonce du projet de fermeture tombe, le coup est dur à encaisser et les larmes impossible à retenir. Un flot d’émotion que le quotidien Sud-Ouest, pas très discret sur le coup, ne manquera pas de relayer en vidéo sur son site : « quand on apprend la possible fermeture de son usine, après tant d’années, c’est vraiment dur à entendre. »

Affiche placardée sur le panneau d’entrée de l’usine Ford à Blanquefort en Gironde. Photographie : Martin Bodrero pour Radio Parleur.

Pas question pour autant d’accepter la décision, d’autant que le gouvernement par la voix de Bruno Le Maire, le ministre de l’économie, affirme  »espérer préserver l’emploi ». Le gouvernement a forcé Ford à ouvrir des négociations avec Punch Powerglide, un équipementier belge qui pourrait être un potentiel repreneur. L’attitude du géant américain,dont les résultats du groupe sont dans le vert et qui ferme une usine reconnue comme rentable, est jugée « regrettable » par le ministre. Un doux euphémisme.

« Un coup dans la tête »

Philippe Poutou raconte. « On a pris un coup dans la tête, mais on est restés debout, on s’est rapidement reconcentrés sur la lutte ». Une mobilisation portée par les syndicalistes de l’usine et qui a abouti à une manifestation le 22 septembre, environ 500 personnes ont défilé à Bordeaux avec la présence de soutiens politiques et syndicaux comme Olivier Besancenot ou Michael Wamen, ancien salarié de Goodyear Amiens,précédente victime des fermetures d’usine à répétition.

Tenter de mobiliser malgré le fatalisme ambiant

« On est une trentaine à bouger au quotidien » explique Philippe Poutou, un peu désabusé face à l’inertie des salariés de l’usine « on est face à une sorte de fatalisme, beaucoup de collègues ont le sentiment qu’ils ne peuvent rien changer à l’issue de l’histoire. » Des mobilisations sont pourtant prévues dans les prochaines semaines : le 12 octobre, une trentaine de salariés seront présents devant l’entrée du salon de l’automobile à Paris. Ils tiendront un stand pour sensibiliser les visiteurs et « essayer de faire bouger les médias. »

Slogan tagué sur un panneau d’entrée de l’usine Ford de Blanquefort en Gironde. Photographie : Martin Bodrero pour Radio Parleur.

Gilles Lambersand voit lui « un isolement psychologique, on cherche tous à trouver comment s’en sortir dans son coin alors que notre action doit être collective ». Il appelle ses collègues à cesser de « peut être trop se reposer sur les plus militants, il y a un soutien moral et une colère contre Ford mais si nos actions ne sont pas soutenues sur le terrain on pèse beaucoup moins. »

Le ministre de l’économie a promis que les salariés seraient fixés sur leur sort  »d’ici la fin du mois d’octobre ». En attendant la mobilisation continue, avec entre autre une manifestation prévue à Bordeaux le jeudi 25 octobre et surtout en gardant en tête le titre du petit recueil de textes d’intellectuel.les édité en soutien aux salariés par les éditions libertalia :« Blanquefort, même pas mort ! »

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here