Qui est Rino Della Negra, figure mythique du Red Star, club de football historique de la banlieue rouge parisienne ? Né de parents italiens, jeune ouvrier et footballeur, il a été exécuté à l’âge de 20 ans. Résistant, il prit le parti des armes lorsque minuit sonnait au siècle dernier. Dimitri Manessis, auteur avec son confrère historien Jean Vigreux de la biographie du jeune résistant, raconte une histoire de résistance populaire.


Rino Della Negra naît à Vamy dans le Nord de la France. Fils de parents italiens, son père, briquetier participa à la reconstruction de la région Nord-Pas-de-Calais ravagé pas la « Grande Guerre ». Au gré des différentes embauches du père, la famille s’établit en Île-de-France. C’est à Argenteuil que Rino vit ses jeunes années, plus spécifiquement dans le quartier Mazagrand, aussi appelé « Mazzagrande », où se mêlent l’immigration italienne politique et économique. Très tôt le jeune Rino est confronté à la politique. Il verra notamment certains de ses amis prendre les armes pour défendre la République espagnole face à Franco en 1936.

Rino Della Negra Bauer
Jean Vigreux et Dimitri Manessis. Photo : Alix Boisselet-Rémy

Rino Della Negra, partout au stade Bauer

« Il n’y a que Rino », peut-on entendre chanter les soirs de match dans les travées du stade Bauer, à Saint-Ouen (93). « Tribune Rino Della Negra », peut-on même lire sur certaines écharpes. De fait, Rino est partout à Bauer. Pourtant son passage dans le club odonien historique fut bref. Recruté pour la saison 43-44, le jeune ailier droit est un « jeune espoir du football », il ravit « ses coéquipiers et les commentateurs de la presse sportive » dès son arrivée, affirme Dimitri Manessis. Son refus du STO (service du travail obligatoire) durant l’occupation n’empêchera pas Rino Della Negra de jouer pour le club de Saint-Ouen, sous sa véritable identité, jusqu’à son arrestation le 12 novembre 1943.

Hommage à Rino Della Negra. 2022. Photo : Alix Boisselet-Rémy

Si Rino n’est pas l’homme d’un parti, il est bel et bien un partisan. Il intégrera les Francs tireurs partisans (FTP) de sa ville, Argenteuil, avant d’intégrer la FTP Main d’œuvre immigrée (MOI). C’est au sein du 3ème détachement de la MOI, le détachement italien qu’il réalisera ses faits d’arme les plus marquants contre l’envahisseur nazi, mais aussi contre les fascistes italiens à Paris. Rino Della Negra appartient à ce qu’on appellera a posteriori le groupe Manouchian. Ce groupe qui tient son nom d’un de ses dirigeants, Missak Manouchian, constitué de partisans de la MOI tombés suite aux traques de la police française et immortalisé par les nazis à travers l’Affiche rouge.

Un entretien de Pierre-Louis Colin pour Radio Parleur. Identité sonore : Etienne Gratianette.

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here