Depuis le mois d’octobre, une drogue hante à nouveau les bars et les boîtes de nuit : le GHB (gamma-hydroxybutyrate) fait son retour en soirée. Le produit,  connu comme « la drogue du violeur » est l’objet de nombreux témoignages sur les réseaux sociaux et auprès des associations. Nous sommes allé·es à Strasbourg rencontrer celles dont la soirée a failli virer au cauchemar et qui se battent contre ce type d’agressions.


Strasbourg, fin décembre 2021, il est 23h. Quatre filles viennent de se réunir, pinceaux dans une main, seau rempli de colle et feuilles blanches ornées de grandes lettres noires dans l’autre. Elles font partie des colleur.euses, ce collectif qui affiche des messages féministes sur les murs de nos villes. Cette nuit, elles ont décidé de se concentrer sur un thème : celui du GHB et des drogues dispensées en soirée, à des personnes à leur insu afin de profiter d’elles. Les slogans qu’elles ont choisi sont explicites, cash : « GHB = VIOL » ou encore « PAS DE GHB DANS MON VERRE ».

GHB soirée collage féministe
Deux membres des des colleur·euses féministes de Toulouse affichent le slogan « Pas de GHB dans mon verre ». Crédit : Alizée Chebboub pour Radio Parleur

Si elles ont choisi cette thématique, c’est parce que le nombre de témoignages sur le sujet a explosé depuis le mois d’octobre dernier. À tel point que l’association strasbourgeoise Ru’Elles, qui lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans les lieux publics, a décidé de monter un dossier. « Avec d’autres association féministes, Mad’EMoiselle et DisBonjoursalle pute, nous réunissons un maximum de témoignage afin de monter un dossier que nous déposerons au procureur », résume la présidente Tiphanie Hue, la présidente.

Perte de conscience, black out, nausées …

Les témoignages qui évoquent pour la plupart une même histoire. Celle d’une soirée festive qui a viré au cauchemar. Nous avons rencontré Céline et Sandra*. Les deux jeunes femmes qui ont perdu le contrôle de leur corps après avoir bu dans un verre piégé. Pour nous, elles reviennent sur une soirée qu’elles sont loin d’oublier. Un récit glaçant, mais pas isolé. Depuis des semaines, les témoignages s’accumulent ainsi sur les réseaux sociaux autour du #BalanceTonBar. Ils laissent entrevoir de nombreuses agressions, jusque-là passées sous silence …

* Les prénoms ont été modifiés

Un épisode de l’Actu des Luttes coordonné et présenté par Martin Bodrero. Reportage réalisé par Alizée Chebboub-Courtin. Photographies : Alizée Chebboub-Courtin pour Radio Parleur.

Identité sonore Actu des Luttes : Etienne Gratianette (musique/création) et Elin Casse, Antoine Atthalin, Romane Salahun (voix)

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here