Procès, criminalisation, surveillances et renseignements autour des militant‧es écologistes et de leurs actions. Depuis quelques années, l’étau répressif se resserre autour de celles et ceux qui agissent pour le climat et la biodiversité. Les moyens mis en œuvre par les pouvoirs publics sont  considérables, et parfois opaques. Alors que partout, le vivant est menacé, l’État fait-il du zèle pour réprimer les écolos ?

Nos invité‧e‧s :

  • Alexandre Faro est avocat au Barreau de Paris. Spécialiste du droit de l’environnement, il défend Greenpeace, Alternatiba et plusieurs organisations de écologistes. Il est aussi le défenseur des « 7 de Bure ».
  • Ariane est militante à Extinction Rebellion. Ce mouvement social écologiste international revendique l’usage de la désobéissance civile non violente afin d’inciter les gouvernements à agir face à l’urgence climatique.
  • Justine Guitton-Boussion est journaliste chez Reporterre. Elle a suivi l’actualité du procès des militants contre le nucléaire à Bar-le-Duc, mais aussi les actions des décrocheurs de portraits d’Emmanuel Macron ainsi que d’autres actions de désobéissance civile.

Pour continuer à penser ensemble les luttes sociales, Radio Parleur à besoin de vous. Faites un don et soutenez des podcasts libres et indépendants.


Les militant‧es écologistes dans le viseur de l’État

Le 21 septembre, le tribunal de Bar-le-Duc rendait son jugement contre sept militant‧es poursuivi‧es pour association de malfaiteurs. Ces militant‧es s’étaient organisé‧es pour protester contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure, dans la Meuse. Le fameux projet Cigéo.

De même, le lundi 13 septembre, c’est l’arsenal juridique contre l’activisme climatique qui s’étoffe. Un article qui criminalise la désobéissance civile passe en catimini, en même temps que l’adoption d’une loi d’intégration du droit européen dans le domaine des transports, de l’environnement, de l’économie et des finances. L’article mentionne que toute personne qui s’introduit illégalement sur une piste d’aéroport peut être punie de six mois d’emprisonnement et de 7500 euros d’amende. Dans le collimateur de l’État : les actions qui se multiplient contre l’aérien afin de réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

Si la lutte s’intensifie, la criminalisation des militant‧es écologistes se renforce. De quel arsenal se dote l’État pour lutter contre les actions des défenseur‧ses de l’environnement ? Comment les militant‧es tentent de renouveler leur répertoire d’action face à cette répression ? Voici quelques unes des questions auxquelles nous tenterons de répondre dans ce nouvel épisode de Penser les Luttes !

Une émission enregistrée et présentée par Tristan Goldbronn. Production : Tristan Goldbronn et Martin Duffaut. Réalisation : Tristan Goldbronn.

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here