Hajer Ben Boubaker est historienne et chercheuse indépendante, spécialiste des luttes de l’immigration et des musiques arabes. C’est elle qui réalise et anime le podcast Vintage Arab depuis bientôt trois ans. Elle y raconte l’histoire politique de différentes œuvres et artistes emblématiques des musiques arabes.

Dans Vintage Arab, son podcast, Hajer raconte beaucoup. Mais c’est surtout la musique qui s’exprime. On est autant porté par les morceaux, qu’ancré dans les contextes politiques de leur création et de leur diffusion. Elle revient sur des figures importantes de la musique arabe, comme Ziad Rahbani. Elle rappelle à quel point « c’est un personnage politique ». Fils de la grande chanteuse libanaise Fayruz, il est connu pour avoir énormément apporté à la musique arabe. À l’époque, « tous les mecs de gauche voulaient être Ziad Rahbani ! »

Vintage Arab, entre luttes de l’immigration et culture ouvrière

VIntage ArabÀ travers les musiques arabes, Hajer Ben Boubaker raconte aussi des parties peu visibles de l’histoire française post-décolonisation. Dans son podcast, elle trace les trajectoires de plusieurs figures des luttes de l’immigration en France, comme Mohammed « Mokhtar » Bachiri et Saïd Bouziri. Ouvriers militants, ils étaient des figures de proue du Mouvement des travailleurs arabes dans les années 1970. Mokhtar est aussi connu pour être l’un des animateurs de Radio Soleil Goutte d’Or, radio militante du 18e arrondissement de Paris à cette même période.


Sur le même thème : Pour la culture en crise, pas de retour à l’art normal


Vintage Arab Hajer Ben Boubaker
Hajer Ben Boubaker, la fondatrice de Vintage Arab. Crédit photo : Hajer Ben Boubaker

Pour Hajer Ben Boubaker, la musique arabe c’est « une histoire de transmission et de réappropriation. ». La fondatrice de Vintage Arab précise que visibiliser les histoires de l’immigration, c’est aussi « une incitation à aller puiser des outils de lutte dans les expériences de ceux qui nous ont précédé. » Le but d’Hajer est de « faire valoir nos récits, nos vécus collectifs, (…) et parler de la spécificité de la condition ouvrière arabe. Ce n’est pas un hasard si je choisis de parler de Mokthar : il faut savoir ce que le racisme fait sur des vies. »

Chansons évoquées par Hajer qui rythment le podcast :

  • Ziad Rahbani – Mais El Rim (1978)
  • 113 – Tonton du bled (1999)
  • Sheikh Imam – Ya Falasteeniyah (1968)

Un entretien de Léone Laali. Photo de Une : Laurent Dubesset pour Grünt Radio.

 

 

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here