Radio Parleur, Basta ! et Politis unissent leurs forces dans votre podcast « Penser Les Luttes » . Dorénavant, chaque premier jeudi du mois, retrouvez un épisode de Penser Les Luttes produit par nos trois rédactions. Pour cette première, on vous décrypte la réforme de l’assurance chômage. Reporté par l’épidémie de Covid 19, le projet devrait s’appliquer à partir du 1er juillet. Plus d’un million de personnes risquent de voir leurs allocations dévisser. On vous explique pourquoi avec nos invité‧es.


Nos invité.e.s :

  • Muriel Lefevre, agente Pôle emploi et déléguée syndicale CGT à Dinan,
  • Yves Gueydon, fondateur du collectif Chomactif qui accompagne les chômeurs et chômeuses de longue durée
  • Mathieu Grégoire, sociologue et membre de l’institut européen du salariat, spécialiste de l’assurance-chômage et de la protection sociale à l’Université de Paris Nanterre. Il est l’auteur d’un décryptage très précis de cette reforme.

Pour continuer à vous proposer un journalisme libre et indépendant, les médias libres ont besoin de vous. Abonnez vous à Politis , faites à un don à Basta ! et/ou à Radio Parleur.


Plus d’un million de demandeurs et demandeuses d’emploi pourraient voir leur revenu chuter, voire disparaître, à partir du 1er juillet prochain, si la réforme de l’assurance chômage entre en vigueur. Annoncée en 2019, puis repoussée à cause de l’épidémie de Coronavirus, la réforme de l’assurance chômage prévoit de revoir complètement le mode de calcul du salaire journalier de référence (ou SJR),sur lequel on s’appuie pour déterminer le montant des indemnisations. Aux périodes travaillées s’ajouteront désormais les périodes chômées (et donc au revenu moindre voire nul). Le résultat est mathématique : les indemnisations dévissent.

Les précaires, CDD, saisonnier‧es et intérimaires, sont les plus touché‧es

Plus le temps de travail est fragmenté, plus les conséquences sont sévères. Et ceux qui commencent leur période de chômage en milieu de mois sont encore plus désavantagés. Un demandeur d’emploi qui met le doigt dans l’engrenage des contrats courts sera sans doute obligé de travailler le plus possible entre ses emplois, pour éviter les périodes creuses, quitte à accepter n’importe quel emploi. « Ce que pensent les gouvernements, c’est que le chômeur est un parasite et qu’il faut le remettre au travail à n’importe quel prix », grince Muriel Lefevre.

Face à cette attaque sévère contre une protection sociale, la résistance s’organise. Les syndicats prévoient de déposer des recours conjoints d’ici la fin du mois de mai. Dans la rue et les théâtres, chômeurs et artistes luttent ensemble, pour réclamer la réouverture et le retrait de la réforme. Des solidarités d’autant plus nécessaires que cette réforme pourrait n’être qu’une étape dans le détricotage total de l’assurance chômage.

Présentation : Martin Bodrero et Nolwenn Weiler, Production : Roni Gocer, Nolwenn Weiler, Martin Bodrero, Réalisation : Martin Bodrero

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here