Cette semaine on parle des images et en particulier de celles qui témoignent de violences policières. De George Floyd à Michel Zecler, les vidéos et photographies de personnes racisées victimes de violences se multiplient. Elle montrent des hommes et des femmes arrêté·es, battu·es ou tué·es. Dans ce nouvel épisode de votre podcast Penser Les Luttes, on analyse, avec nos invité·es, la diffusion ces images. On va aussi parler de leur impact sur la représentation des personnes racisées dans notre société.

Nos invité·es :
Laurence Meyer est juriste et militante antiraciste. Elle travaille sur les questions d’égalité et sur la notion de race dans le domaine du droit.  
Louis Witter est photojournaliste. Il couvre régulièrement les mouvements sociaux. Il travaille aussi régulièrement à l’étranger et a passé un an au Maroc sur la route des réfugiés.

Il se nommait George Floyd et vous avez sans doute vu les instants qui ont mené à sa mort aux mains de la police. Des images multi-diffusées à travers le monde. La séquence a lancé l’un des plus importants mouvements pour les droits des personnes racisées aux États-Unis mais elle met aussi en scène, à chaque diffusion, un homme noir supplicié.

Plus proche de nous, en France, ce sont deux « Unes » du journal Libération qui sont venues alimenter le débat autour de l’impact de ces images sur les préjugés et les représentations des personnes racisées.

Reconnaitre l’impact psychique des images violentes

Sur la première, on voit un réfugié plaqué au sol par un policier lors de l’expulsion violente d’un campement installé place de la République à Paris, le 23 novembre dernier. Sur la seconde, c’est le visage tuméfié de Michel Zecler, un homme noir tabassé par la police qui s’affiche en gros plan.

Dans ce nouvel épisode de Penser Les Luttes on a souhaité discuter de l’impact de ces images, comprendre aussi les choix des journalistes et le difficile équilibre entre rapporter des faits, alerter l’opinion publique et représenter, souvent sans leur consentement, des personnes dans des situations dégradantes.

Une émission présentée par Pauline Moszkowski et Martin Bodrero. Réalisation : Martin Bodrero avec l’aide d’Etienne Gratianette. Production : Sophie Peroy–Gay. Photographie de une : Martin Lelièvre pour Radio Parleur, rassemblement contre les violences policières à Strasbourg au mois de juillet 2020.

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here