Depuis trois ans, le collectif Thé ou Café pour les réfugiés distribue des boissons chaudes et des en-cas aux exilés et sans abris, entre le métro Stalingrad et Jaurès, dans le 19e arrondissement de Paris. Chaque semaine, des bénévoles s’attellent aux préparations, l’occasion d’offrir un moment de réconfort aux personnes dans le besoin.

« Vous voulez du thé ou du café ? Si vous voulez du café, il faut faire la file à droite, monsieur. » Une cinquantaine d’exilés sont réunis entre les métro Stalingrad et Jaurès, ce jeudi 7 novembre. Il est 19h et le collectif Thé ou Café pour les réfugiés commence sa distribution de boissons chaudes et viennoiseries.

Une distribution assurée par le collectif "Thé ou café pour les réfugiés", place Stalingrad à Paris. Photographie : collectif "Thé ou café pour les réfugiés".
Une distribution assurée par le collectif « Thé ou café pour les réfugiés », place Stalingrad à Paris. Photographie : collectif « Thé ou café pour les réfugiés ».

Au menu de ce soir : du thé et du café, bien sûr, mais aussi des pains au chocolat, des bananes et des dattes. Les distributions se tiennent tous les jeudis à partir de 19h, place Stalingrad à Paris. « On a aussi reçu du lait, du sucre et des touillettes, c’est important ça les touillettes », se réjouit Chris, bénévole à Thé ou Café depuis plus d’un an. De quoi ravir les personnes venues dans l’espoir de profiter d’un petit en-cas. « Je suis de passage et j’ai vu qu’ils distribuaient du café », explique l’un des exilés, près de Stalingrad. « Il faut que ça continue, ça nous aide beaucoup. »

Sur le même thème : L’île grecque de Samos, prison à ciel ouvert pour les exilés

Si aujourd’hui les bénévoles et les casse-croûtes sont légion, cela n’a pas toujours été le cas. Il y a quelques semaines, le collectif a failli prendre fin : « Nous avons une cagnotte régulièrement alimentée par des donateurs et des bénévoles pour nous permettre de faire des distributions hebdomadaires, explique Chris. Un jour, on s’est rendu compte qu’il n’y avait plus presque plus d’argent dans la cagnotte. » De quoi mettre en péril le collectif qui risquait de ne plus pouvoir assurer ses rendez-vous…

Un café distribué par le collectif "Thé ou café pour les réfugiés", place Stalingrad à Paris. Photographie : Yoanna Sallese pour Radio Parleur.
Un café distribué par le collectif « Thé ou café pour les réfugiés », place Stalingrad à Paris. Photographie : collectif thé ou café pour les réfugiés.

Un appel à la générosité pour les exilés de Stalingrad

Pour s’en sortir, Thé ou Café a utilisé les réseaux sociaux afin de sensibiliser à sa cause. « On a mis un post sur Facebook et Twitter qui a bien marché », se félicite Chris. Des centaines d’euros sont arrivés dans la cagnotte ! » Au total, 600 euros ont été récoltés, de quoi assurer les distributions pour les trois mois à venir. Car pour le collectif : « Thé ou Café n’a pas vocation à prendre la place de grandes associations comme les restos du cœur, affirme Paul aussi bénévole. On fait ça à notre petite échelle et nous essayons d’être le plus régulier possible. » Dans l’espoir que chaque semaine, thé et café continuent d’être distribués.

Un reportage réalisé par Yoanna Sallese.  

  1. 10
  2. 0
  3. 3
La production de ce sujet a nécessité :
Heures de travail
de frais engagés
membres de la Team
Parleur sur le pont
L’info indépendante a un coût, soutenez-nous !

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here