Après une première édition à Commercy en janvier, 250 délégations et 800 Gilets Jaunes se sont retrouvé·es en Loire-Atlantique. A nos micros, les chercheuses et chercheurs présent.es lors de ce weekend à Saint-Nazaire livrent leurs analyses sur l’origine et les perspectives du mouvement. Une émission précieuse.

Première partie (jusqu’à 38m25s)  « Qui sont les Gilets Jaunes ? Photographie sociale et géographique d’un mouvement », avec :

  • Frédéric Barbe – Géographe, professeur à l’École d’Architecture de Nantes, travaille sur les thèmes de l’écologie, du développement urbain et de la précarité.
  • Mila Ivanovic – Docteure en sciences politiques. Elle a réalisé une thèse à l’Université de Paris 8 sur la démocratie participative au Venezuela. Elle mène actuellement une enquête avec un collectif de chercheur·ses sur la base de questionnaires distribués aux Gilets Jaunes.

Deuxième partie (38m25s – 1h12m56s) : « Aux racines du mouvement, des précédents historiques parmi les soulèvements populaires français », avec :

  • Michèle Riot-Sarcey – Historienne et professeure émérite d’histoire contemporaine à l’Université Paris 8. Spécialiste du féminisme, de la politique et des révolutions au XIXème siècle.
  • Maurizio Gribaudi – Historien, démographe, Gilet Jaune et directeur d’études à l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS). Co-auteur avec Michèle Riot-Sarcey de 1848, la révolution oubliée (Ed. La Découverte)

Troisième partie (1h12m56s – 1h45m34s) : « Gilets Jaunes, et après ? Quelles perspectives politiques s’offrent au mouvement ? », avec :

  • Hervé Kempf – Rédacteur en chef de Reporterre, le quotidien de l’écologie, et auteur entre autres de Comment les riches détruisent la planète ? et L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie (Ed. du Seuil)
  • Killian Martin – Jeune chercheur en préparation de thèse sur l’imaginaire communal à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)

Une émission enregistrée en direct, animée par Romane Salahun et Violette Voldoire. Chronique par Guillaume Hubert.

 

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here