La soirée du mercredi 6 mars 2019 était festive à la Bourse du Travail de Gennevilliers. Syndicalistes, grévistes et soutiens se sont réunis pour célébrer la victoire des 12 grévistes de l’hôtel Holiday Inn Clichy qui ont obtenu l’internalisation des salarié.es de la sous-traitance le 20 décembre 2018 après une grève de 111 jours.

Soirée de fête pour célébrer une victoire contre une réalité moins festive : la sous-traitance. « La sous-traitance, c’est de l’esclavage » lance Claude Levy, syndicaliste à la CGT-HPE (Hôtels de Prestige et Economiques). Elle concerne plusieurs centaines de milliers de personnes en France, majoritairement des femmes et majoritairement des personnes immigrées. Les conditions de travail sont d’une grande pénibilité, souvent payé à la tâche et avec des droits peu protecteurs qui enferment les travailleurs et travailleuses dans une grande précarité. L’hôtellerie est largement concernée : les entreprises préfèrent passer par la sous-traitance tout en restant les donneurs d’ordre. C’est le cas de l’hôtel Holiday Inn de Clichy-la-Garenne qui appartient à la chaîne d’hôtels américaine filiale du groupe anglais InterContinentalHotels Group. Pour le nettoyage, c’est la société Héméra qui est responsable.

La lutte des Invisibles

Le 19 octobre 2017, suite à la deuxième mutation forcée d’une gouvernante en 6 mois, 12 femmes de chambre, équipiers et plongeurs se mettent en grève à l’hôtel Holiday Inn Clichy. Radio Parleur les avait suivis jusqu’à Bruxelles le 11 janvier 2018 lors du 89e jour de grève. « Ç’a été long et difficile parce qu’on a eu un hiver assez rigoureux. […] La direction ne voulait pas laisser les grévistes rentrer dans l’hôtel exercer leur droit de grève donc ils ont dû faire un sit-in devant l’hôtel pour contraindre la direction » explique Claude Levy. Après 111 jours de grève, ils.elles obtiennent gain de cause. La grève prend fin le 8 février 2018 après des négociations et la signature d’un accord. Une clause retient principalement l’attention : l’embauche des salarié.es fixée pour août 2019 à condition qu’un certain taux d’occupation de l’hôtel soit atteint. « Avec la proximité du Palais de Justice, l’hôtel a tellement bien tourné que la direction a avancé cette embauche directe des salariés de la sous-traitance et a décidé de les intégrer à partir du 20 décembre 2018 » finit Claude Levy. Tiziri Kandi, animatrice syndicale à la CGT-HPE, rappelle que « c’est la première internalisation qu’on obtient dans un autre groupe que le Louvre Hotels Group. On espère que ce soit une première qui va donner naissance à d’autres internalisations ».

La soirée est aussi l’occasion de présenter en avant-première le documentaire « Les Invisibles » de la journaliste Clarisse Feletin. Elle est allée à la rencontre de nombreux.ses travailleur.ses de la sous-traitance du nettoyage pour filmer les violences de leurs conditions de travail, et notamment les violences sexuelles auxquelles font face des travailleuses. Sur les 30 minutes de film, une partie retrace la grève au Holiday Inn Clichy et ravive les émotions des grévistes et syndicalistes présent.es à la Bourse du Travail de Gennevilliers, qui ont vécu ces moments filmés.

Convergence des luttes

Dans la salle, les grévistes de Geodis sont aussi de la fête ou encore les postiers en lutte du 92 en grève depuis 11 mois, à qui sera versée la recette faite pendant la soirée. « On tient beaucoup à la convergence des luttes et à essayer de faire en sorte que tout le mouvement social qui bouge un petit peu s’agrège pour arriver à des résultats probants pour les travailleurs » ajoute Claude Levy.

Eric, gréviste de l’Holiday Inn Clichy est ému lorsqu’il prend la parole pour remercier les soutiens présents pour la soirée et qui ont accompagnés les grévistes dans leur lutte. « Je vous invite à continuer à soutenir les autres personnes qui sont en lutte et qui souffrent parce que les conditions de travail se dégradent tous les jours et le problème de la sous-traitance, ça fait très mal ». Sous les applaudissements, il conclut : « Vive la lutte ! »

Un reportage réalisé par Prisca Da Costa

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here