Qui sont les anonymes qui appellent aux blocages samedi 17 novembre et se réclament du peuple ? Loin d’être limitée à la hausse du diesel, leur colère est celle d’une France moyenne, éloignée des métropoles et de la participation politique, et qui croit aux vertus révolutionnaires de Facebook. Rencontre avec deux porte-paroles bretons d’un groupe de gilets jaunes en colère.

Le Télégramme, Ouest-France, FranceInfo, BFMTV, France 3, France 2… Et désormais, Radio Parleur. Tristan Lozach, 26 ans, est conseiller funéraire et père de deux enfants. Il ne pensait probablement pas être tant exposé aux lumières médiatiques lorsqu’il est devenu administrateur d’un événement Facebook appelant au blocage sur plusieurs points de la route nationale 12, aux alentours de Saint-Brieuc (22), samedi 17 novembre, à partir de 14 h.

L’illustration « provisoire » de l’événement Facebook administré par Tristan Lozach.

Flanqué de son acolyte Benoit Julou, 44 ans, ils sont en avance au rendez-vous fixé dans un bistro du centre-ville. Visiblement soucieux de la qualité de notre entretien, Benoit propose spontanément d’aller enregistrer à l’abri des nuisances sonores. Nous arrivons dans son confortable bureau d’employé d’agence immobilière, dont la quiétude méridienne n’est perturbée que par la sonnerie intermittente des téléphones fixes. Ils me proposent de m’installer dans le siège de l’agent immobilier.

La discussion dure trois bons quarts d’heure. Réticents face aux tentatives de les positionner sur un échiquier politique, ils parlent pourtant volontiers du « peuple », du « problème posé par la haute fonction publique et les grands patrons du Cac40 », de la « nécessité d’écouter des gens qui sont à bout ». Des constats d’insoumis notoires ?

« On est obligés de parler de politique »

Le début de notre échange pouvait bien le laisser penser. Le jeune conseiller funéraire dénonce très rapidement la « récupération politique » du premier parti qui a tenté de l’approcher via messagerie privée, le Rassemblement national (RN). Ils se revendiquent d’un « mouvement citoyen, du peuple et apolitique », « soutenu par 8 Français sur 10 » et dénoncent les « récupérations des partis qui ne cherchent que nos voix ».

Il prévient : bien qu’ils tancent principalement le gouvernement et Macron, les Gilets jaunes demanderont strictement de n’afficher « aucun drapeau politique ou syndical », que ce soit celui du RN, de La France Insoumise, de Dupont-Aignan, ou d’aucun autre. « Nous sommes un mouvement citoyen. Point barre », avance Tristan. « Il faut bien que tout le monde comprenne qu’ici vous avez des gens qui n’ont jamais milité ailleurs » s’enthousiasme Benoit.

Muets sur les catastrophes collectives

Écologie, démocratie, répartition des richesses, conditions de travail, mouvement social ? Sur tous ces sujets fondamentaux, si les constats peuvent être partiellement partagés, nos deux insurgés en gilet de haute visibilité restent bien peu diserts. Ils se bornent à constater le niveau insupportable des taxes, et à prévenir qu’ils vont grogner plus fort s’ils ne sont pas entendus.

Que dénoncent-ils, par contre  ? La hausse des CSG qui affecte les retraités, le trop-plein de charges pour « les patrons qui investissent et créent de l’emploi, pas les grands, ils ne nous intéressent pas », le prix du carburant bien sûr, mais aussi la limitation à 80 km/h sur les routes sans séparateur.

Les angles morts du discours des deux compères sont assez nombreux, presque aussi saillants que leur volonté d’apparaître comme apolitiques. Ils ne réclament ni la fin de l’évasion fiscale, ni la hausse des taxes pour les juteux portefeuilles d’actions, ni le changement de nos modes de consommation et de production, ni même la résorption du chômage de masse, ou encore un changement institutionnel.

La chose publique ? Elle les intéresse surtout parce qu’elle affecte leur situation individuelle, leur portefeuille ou leur maison située à plusieurs dizaines de kilomètres de toute ville. « Vous savez ce que ça fait de vivre avec 1300 euros ? » demande Benoit. Une situation vécue par beaucoup en effet, avec un SMIC net à 1149,07€, des temps partiels subis, une précarité de masse.

« J’ai envie de défendre la planète, mais je n’ai pas les moyens »

Comment les blâmer, quand les cours de géographie du tronc commun nous enseignaient la périurbanisation de nos habitats comme une constante, aussi solide que la « fin de l’histoire » et la « victoire des démocraties libérales » ? La hausse du carburant, comme le pointe justement Olivier Razemon, est la facture salée de l’étalement urbain (et de la disparition des transports collectifs au profit des routes et des voitures). Le prix réel d’un american way of life intenable même pour cinq planètes.

Les « gilets jaunes » sont-ils perméables à l’écologie ? Benoit en tout cas, a « envie de défendre la planète ». « Je fais du tri sélectif, mais je n’ai pas les moyens d’avoir une voiture électrique. » Culpabilisé par la disparition de la nature et la dégradation du peu qu’il en reste, Benoit est à l’image de nombreux « gilets jaunes » qui s’expriment sur les réseaux. Il souligne l’absurdité du « tout voiture électrique » qui imposerait de construire des dizaines de centrales nucléaires. Mais alors, quelles solutions ? Là-dessus comme sur le reste, silence radio. 

L’unique revendication formulée par Benoit et Tristan, et qui concerne « ceux d’en haut », serait de « diminuer la rémunération des hauts fonctionnaires de moitié ». Un bon début pour économiser quelques millions, mais un peu court pour régler les problèmes de répartition des richesses et financer une transition écologique que les Gilets jaunes appellent pourtant de leurs vœux.

Un mouvement venu de « l’internet des parents »

Signe des temps, le mouvement des « gilets jaunes » est très horizontal. Et bénéficie de la clémence toute récente de l’algorithme facebookien pour les groupes (au détriment probable des pages de fans), comme le pointait Libération. Faciles à mettre en place, ces groupes permettent de mobiliser facilement et rapidement autour de l’administrateur du groupe, qui fait office de leader. Certains groupes locaux se sont déjà dégonflés face aux menaces du gouvernement, révélant aussi la fragilité de ce mode d’organisation.

Les gilets jaunes costarmoricains ne veulent probablement pas arrêter leur action au 17.

 

Des « Gilets jaunes » accros à la figure du gaulois

Le contenu des groupes (aisément accessibles) est souvent désarmant de simplicité, dépourvu de cynisme, souvent sincère, parfois touchant, mais aussi carrément gênant (tant sur le fond que sur la forme). Il est caractéristique de « l’autre internet », celui de votre grande-tante qui commente votre statut pseudo-engagé pour vous faire de « gros bsx mon ptit neveu ». Les détournements utilisant les gaulois sont nombreux. Très souvent, Macron est violemment critiqué comme gouvernant pour les riches. La vidéo-selfie est un moyen d’expression répandu et viral.

Les débats sont vivaces, et les administrateurs se font parfois insulter. Beaucoup de gens arrivant sur ces groupes semblent tout simplement perdus. Relais de communication indispensable, ces groupes sont l’outil principal d’un répertoire militant plus concret : manifestations escargots « spontanées », tractages, interviews avec la presse, réunions publiques. Réunions d’organisation qui ont le plus souvent lieu sur des parkings de zones commerciales périphériques.

Gênance modérée

Les « gilets jaunes » sont souvents comparés aux Bonnets rouges. Ceux-ci avaient une revendication précise, la fin de l’écotaxe, et des soutiens plein de ressources en Bretagne. Ils n’avaient pas eu beaucoup de difficultés à mobiliser dans l’une des régions les plus motorisées du pays (voir cette carte de Data-France), et où les péages n’existent pas. Du côté des Gilets jaunes, mobiliser l’énergie de primo-militants, peu politisés, est une autre paire de manches.

 

 

2 COMMENTS

  1. BRAVO et bon courage pour la suite!! Pas de syndicats pas de Politiques génial!!ce qui veulent c »st nos VOUX et tous pareils!!
    LE pouvoir et le FRIC!!
    DE tout coeur avec VOUS. MOI retraitée 69ans continue à BOSSER pour <>
    Honte à La France de MACRON .

  2. 2008-2018
    Attention : une crise peut en cacher une autre.
    Les nouveaux PIGS : gilets jaunes, blouses blanches, robes noires, élus de proximité.
    Cette crise ne serait elle pas la queue de comète d’une crise qui n’en finit pas de finir (10 ans) ; « la crise grecque. » ?

    https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6471728502239563777

    https://blogs.mediapart.fr/breizh-coin/blog/251118/les-nouveaux-pigs-gilets-jaunesblouses-blanchesrobes-noires-elus-de-proximite

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here