Les Gilets Jaunes se sont mis en marche. Malgré la mise en scène d’un pays en guerre civile jouée par le gouvernement et LREM, plusieurs milliers de manifestant.es ont fait le déplacement à Paris ce samedi 8 décembre. La gendarmerie a fait défiler 12 blindés, encore jamais déployés dans Paris intra-muros. L’État a montré les muscles, face à une menace insurrectionnelle de plus en plus sérieuse.

Récit d’une journée aussi confuse que militarisée

12 véhicules blindés, 55 personnes blessées à Paris, dont trois font partie des forces de l’ordre, plus de 1000 interpellations en France dont 673 à Paris. C’est du jamais vu dans la capitale. La réponse sécuritaire de l’État rend les images de cette journée de mobilisation encore plus surréalistes et impressionnantes que la semaine dernière.

La semaine dernière, des Gilets Jaunes avaient dégradés plusieurs rues des beaux quartiers du 8ème arrondissement parisien autour de la place de l’Étoile. Ce samedi, ils se sont disséminés dans le nord-ouest, sur les Grands Boulevards, dans le quartier d’Opéra et jusqu’à République, ou certain.es on attendu les marcheurs et marcheuses pour le climat.

Ailleurs en France, plusieurs centaines de points de blocages et de manifestations ont vu fleurir des Gilets Jaunes. La Marche pour le climat de Nantes a par exemple convergé avec les Gilets Jaunes… avant d’être dispersée dans un nuage de lacrymogènes.

RETROUVEZ LES REPORTAGES DE NOS ENVOYÉ.ES SPÉCIAUX DÈS DEMAIN MATIN

À lire aussi : le dossier Gilets Jaunes de Radio Parleur


La liste des revendications envoyées aux médias par les « portes-paroles »

Le 26 novembre, une liste de revendications a émergé des Gilets Jaunes leaders autoproclamés, et envoyée aux rédactions de différents médias. Parmi ces revendications assez diverses, l’intégration à la constitution d’un référendum populaire, avec les moyens qui vont avec : « création d’un site lisible et efficace, encadré par un organisme indépendant de contrôle où les gens pourront faire une proposition de loi. Si cette proposition de loi obtient 700 000 signatures alors cette proposition de loi devra être discutée, complétée, amendée par l’assemblée nationale qui aura l’obligation, (un an jour pour jour après l’obtention des 700 000 signatures) de la soumettre au vote de l’intégralité des français ». De son côté, Priscillia Ludosky, participante au mouvement des Gilets Jaunes de première heure, porte une revendication plus radicale : un referendum d’initiative citoyenne pour en finir avec la démocratie représentative.

La liste complète des revendications envoyées par une partie des Gilets Jaunes le 26 novembre

Les revendications des gile… by on Scribd


Retour sur l’évolution de la mobilisation des Gilets Jaunes sur ces trois dernières semaines

À Paris, du 17 novembre au 10 décembre, la flambée insurrectionnelle

Entre soulèvement populaire, révolte « poujadiste » et récupération politique, le mouvement pose beaucoup de questions. Samedi 17 novembre 2018, c’était la grande journée de mobilisation des Gilets Jaunes. Une nouvelle grande journée de mobilisation est prévue samedi prochain.

Dès la fin de la première journée de mobilisation, le rendez-vous était lancé : « Acte 2, tous à Paris » ! Plusieurs milliers d’entre eux ont convergé dans les rues de la capitale. Que n’a-t-on pas entendu, « manifestation d’extrême-droite », « casseurs », « scènes de guerre »… Radio Parleur y était, et vous raconte cette incroyable journée de mobilisation du 24 novembre sur les Champs-Élysées.

Selon le préfet de police de Paris : « jamais les fonctionnaires n’avaient rencontré une telle violence ». En soi, un véritable soulèvement constaté par nos reporters présents sur place. À Paris, les alarmes des berlines ont crié leur détresse samedi 1er décembre. Place de l’Étoile, avenue Kléber, rue de Rivoli, place Saint-Augustin, au Trocadéro, à Concorde, des groupes de Gilets Jaunes ont ravagé tous les symboles d’une richesse qui s’exhibe. Près de 180 incendies ont enflammé ces quartiers. À Bastille, des participant.es ont occupé la place, avant de se faire évacuer à coup de lacrymo. Le bilan des autorités fait état de 110 blessés, dont un grave et un en urgence vitale.

Ailleurs en France, sur l’Île de La Réunion, la vie chère est aussi politique

Sur l’île de la Réunion, la mobilisation des gilets jaunes ne faiblit pas et paralyse l’économie. Sur un rond-point de la commune du Tampon, dans le sud, c’est dans une ambiance globalement festive qu’ils cherchent à interpeller les pouvoirs publics sur l’augmentation des taxes, qui frappe plus durement ce département français.

La mensuelle, ou comment faire dialoguer écolos et Gilets Jaunes

En pleine COP24, et juste avant la Marche mondiale pour le climat samedi 8 décembre à Paris, la rédaction de Radio Parleur fait le point sur le mouvement social en cours. Les Gilets Jaunes jettent au visage du gouvernement leur colère contre l’injustice sociale. Cela tombe bien, la justice sociale, les organisations écolos l’ont articulé il y a fort longtemps aux questions de justice climatique. Problème : tout ce beau monde a un peu de mal à se comprendre aujourd’hui. Comment nouer un dialogue avec les Gilets Jaunes sur l’écologie ?

Nos invité.e.s :

  • Youcef du mouvement des gilets jaunes
  • Loïc Canitrot de la Compagnie JOLIE MÔME
  • Gabriel Mazzolini du Tour Alternatiba
  • Léa Balage, co-secrétaire Europe-Écologie Les Verts Île-de-France

Les écolos bretons ont tenté d’apporter leur pierre

A Saint-Brieuc, dès le 17 novembre, des Gilets Jaunes un peu particuliers ont préféré pédaler au lieu de s’aventurer dans les blocages routiers. De quoi démontrer qu’il existe des alternatives vertes à la fatalité de la hausse du carburant.

Le meilleur pour la fin…

1 COMMENT

  1. L’écolo maîtrise la langue de bois, tout comme il faut !! Une vraie politique, avec le bon ton et tout et tout… et qui fait que je n’entends plus rien quand elle parle ! 😉
    A part ça très embêtant de ne plus avoir la possibilité de revenir un peu arrière dans le déroulé de l’émission !

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here