Une manifestation « belle et festive », c’est ce que veulent les organisateurs de la Fête à Macron : un défilé de protestation contre la politique du président initié par un collectif unitaire mêlant formations politiques, militants syndicaux et simples citoyens. A quelques jours seulement du 1er Mai, les organisateurs souhaitent à tout prix éviter les affrontements entre manifestants et policiers qui ont émaillés la Fête des Travailleurs à Paris. Ambiance « pot-au-feu », prises de parole depuis des chars à thème, fanfare et banderoles en tout genre, nos reporters sont en direct des cortèges parisiens ce samedi 5 mai et en plateau pour une émission de 4 heures avec des invité.es.

 La Fête à Macron !

Le ton est donné : un pique-nique, un gâteau d’anniversaire pour fêter la première année d’Emmanuel Macron à l’Elysée et des chars, qui se mêleront au cortège : le char Jupiter, le char Dracula, le char Napoléon, avec sur chacun d’entre eux une personne grimée en Macron, et enfin un char « résistance », où les manifestants pourront exposer leurs revendications. Des bus à impériale seront également de la partie et Jean-Luc Mélenchon prendra la parole sur l’un d’entre eux, le bus Stop Macron, vers 15h30.

Plusieurs syndicats, associations et partis politiques seront présents, dont le mouvement Génération.s de Benoît Hamon. Mais « la Fête à Macron ne sera ni une kermesse, ni la marche d’un parti », ont fait savoir dans un communiqué les organisateurs, des anciens de Nuit debout, mouvement déjà initié par François Ruffin pour protester contre la loi travail, au printemps 2016.

A Paris, « Le carré des luttes », en tête du cortège, est réservé à quelque 200 représentant.es des différents secteurs « en lutte » (cheminots, étudiants, personnels soignants…), mais « sans personnalités politiques ». Ces dernières défileront dans le cortège. Seront notamment présents Pierre Laurent (PCF), Benoît Hamon (Génération.s), Olivier Besancenot et Philippe Poutou (NPA).

AU PROGRAMME

Invité.es attendu.es – selon la dose de la lacrymogène :

– Laurence De Cock, historienne, professeure et chercheuse en Histoire et en Sciences de l’Education. Coordinatrice à la Fondation Copernic et membre du Temps des Lilas, détricoteuse à Mediapart.                                                                                               – Emmanuel Vire, porte-parole du SNJ-CGT, co-organisateur de la Fête à Macron.               – Thomas Guénolé, co-responsable de l’école de la France Insoumise, politologue et chercheur associé à l’IRIS.                                                                                     –  Pauline Boyer, porte-parole d’Alternatiba.                                                                   – Anasse Kazib, cheminot gréviste et militant syndical à Sud Rail.                                     5– Youcef Brakni, porte-parole du collectif La Vérité Pour Adama.                                       – Benjamin Sourice, chargé de mission VoxPublic, auteur de La démocratie des Places et co-organisateur de la Fête à Macron.

Et plein d’autres !

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here