« Que résonnent les chants de nos bâtons ! » C’est le thème de la mobilisation contre le projet d’aéroport organisée sur la Zone À Défendre de Notre-Dame-des-Landes, dans la Loire Atlantique, ce week-end.

Manifestants à la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes le 8 Octobre 2016. Photographie : Marc Estiot pour Radio Parleur.
Alors que les menaces d’un possible démarrage des travaux du projet contesté d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes se font de plus en plus pesantes dans le bocage et que les rumeurs s’enchainent, un collectif de plusieurs organisations publie une tribune  dans le quotidien Libération. Il appelle à participer massivement au rassemblement national de ce samedi 8 octobre ainsi qu’à défendre la ZAD et ses habitants en cas d’expulsion.
L’occasion pour les participants de faire résonner leur colère en martelant dès demain le sol du bocage avec des milliers de bâtons, en écho à d’autres luttes paysannes, comme au Larzac. Ceux-ci seront ensuite laissés sur place « en cas d’intervention afin de défendre la ZAD, ses habitantes, paysannes et l’avenir qui s’y construit ».
Les marcheurs pourront également acheminer du matériel d’organisation et de défense aux occupants de la zone. Le jour même, des hangars seront construits et le dimanche 9 octobre, des chantiers d’aménagement sont prévus dans différents lieux de la ZAD.
Radio Parleur était présent à la conférence de presse organisée par le collectif, rue Voltaire, dans le 11e arrondissement parisien pour un avant-goût de ce week-end de mobilisation.

« Rien ne peut justifier l’expulsion de la ZAD »

Annick Coupé est membre d’Attac France. A l’heure de la ratification de l’Accord de Paris sur le climat, l’Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne (Attac) dénonce une aberration de la part du gouvernement à vouloir ainsi s’entêter dans le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

« La tension a beaucoup monté, il y a aura du monde. »

Très critique envers le projet d’aéroport, Francis Lemasson est secrétaire du syndicat CGT au siège de la société Vinci. Il appelle ses collègues à exercer leur droit de retrait lorsque commencera l’évacuation de la ZAD.

« Il va y avoir plein de chantiers collectifs partout. »

Déterminé, Camille* est l’un des 300 occupants actuels de la Zone À Défendre de Notre-Dame-des-Landes. À l’occasion de la mobilisation de ce week-end et après celle-ci, il appelle nos lecteurs à venir découvrir la « zone » : un espace ouvert et circulant.
Pour des détails sur le déroulement du week-end, n’hésitez pas à aller voir les sites du mouvement :
– Le site des occupants de la Zad (Zone à défendre) : zad.nadir.org
– Le site de l’Acipa (Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport) : acipa-ndl.fr
-L’article infos pratiques de nos confères de Reporterre 
Un reportage de Tristan Goldbronn.
*Le prénom a été modifié.

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here